Accueil Applications Réglementation sur la protection des données : Balabit a dévoilé Contextual...

Réglementation sur la protection des données : Balabit a dévoilé Contextual Security Intelligence

logo Balabit

Pour respecter la Réglementation Européenne sur la protection des données (GDPR), l’entreprise doit être capable d’analyser les millions de données qu’elle collecte chaque jour. Balabit lui propose sa suite de solutions Contextual Security Intelligence (CSI) lui permettant d’assurer sa conformité aux exigences réglementaires, notamment à la nouvelle Réglementation Européenne sur la protection des données (GDPR).

La solution collecte, analyse et stocke les logs, surveille les actions des utilisateurs privilégiés, et la détecte les comportements utilisateurs suspects. Elle offre également selon l’éditeur une protection renforcée contre les menaces internes et l’utilisation frauduleuse de comptes utilisateurs par des attaquants externes, que 70% des professionnels de sécurité considèrent comme les menaces les plus risquées, selon une étude de Balabit.

La collecte et le traitement des logs directement impactés par la GRDP

Les actions des utilisateurs ainsi que les applications laissent quasiment toutes des empreintes – dans le réseau – qui  sont collectées dans les logs. Même si les noms des individus ne sont pas collectés, la gestion des logs inclut des données personnelles. Or les propriétaires des données étant considérés comme des personnes physiques identifiables directement ou indirectement, les entreprises collectant et gérant des quantités importantes de logs (cela inclut par exemple des adresses emails, des adresses IP, des données de géolocalisation, des données de santé, etc.) sont directement impactées par les exigences dictées par la GRDP. Les entreprises doivent ainsi se préparer à répondre à de nouvelles exigences car les sanctions en cas d’infraction sont particulièrement lourdes : jusqu’à 20 millions d’euros ou 4% de leur chiffre d’affaires mondial pour les entreprises victimes de faille de sécurité ayant impactées les données à caractère personnel en leur possession. Et cette sanction réglementaire s’ajoute aux coûts déjà importants générés par une violation de données, que l’institut Ponemone estime en moyenne à 3,5 millions de dollars pour l’entreprise victime.

Toutefois, les sanctions peuvent être réduites lorsque les entreprises utilisent les solutions de sécurité adaptées répondant aux exigences de la GDPR (par exemple : l’anonymisation, la pseudonymisation et le chiffrement des logs).

 

 

Juliette Paoli