Accueil Confidentialité des données Rapport aux données privées : 3 changements majeurs à envisager selon...

Rapport aux données privées : 3 changements majeurs à envisager selon Bomgar

Data

Comment va évoluer le rapport qu’entreprises et particuliers entretiennent avec les données privées ? Parmi 10 prédictions de cybersécurité envisagées pour 2019 par Bomgar, spécialiste mondial de la sécurité centrée sur les privilèges, Solutions Numériques s’est penché sur trois d’entre elles portant sur ce thème.

Le boom de l’info-économie ?

Pour Bomgar, il faut s’attendre à ce que les entreprises attribuent une valeur aux données qu’elles possèdent, pour les divulguer et les vendre. « Si vous pensez que c’est inconcevable, pensez à la valeur des données GPS au cours des 30 dernières années. Des débuts de MapQuest aux appareils GPS les plus récents, les données de conduite et de transport sont devenues une commodité. Et si vous commencez à ajouter des couches de données, comme celles de trafic, de travaux, etc., comme c’est le cas de Waze, vous obtenez une base de données de grande valeur qui va devenir cruciale pour les voitures autonomes« , donne en exemple le spécialiste.
Dans la pratique, les entreprises vont commencer à se noter publiquement sur « les données d’info-économie » qu’elles possèdent, auprès d’investisseurs privés et d’entreprises souhaitant réaliser des fusions-acquisitions mais également acheter de l’information.

La notion de vie privée bousculée par les millenials

La génération des plus jeunes a un degré de sensibilité moindre vis-à-vis des données privées qu’ils publient sur Internet, ce que Bomgar appelle une attitude « je m’en foutiste ». Et cela va changer notre rapport à ce que nous considérons comme des informations privées, de type nom, e-mail, adresse, anniversaire, etc., qui deviendront publiques. « Il faut s’attendre à une évolution de la classification des données sur la base des plus jeunes utilisateurs et à ce qu’une part de ce que nous considérons privé aujourd’hui ne le soit plus demain« , envisage le spécialiste. Seules les données importantes, telles les numéros de sécurité sociale, les relevés de banque ou encore les cartes de paiement seront à protéger.

Des courtiers de centralisation de l’information apparaissent

Des courtiers de l’information vont apparaître afin de protéger et contrôler l’exposition des données personnelles. Ils fourniront « des mécanismes centralisés permettant le partage granulaire des données de sorte que seules les données essentielles seront partagées, quel que soit le service auquel un utilisateur s’inscrit« . L’Union Européenne travaille à une identité numérique de cette nature depuis plusieurs années et pourrait être la première à la mettre en vigueur.