Accueil Cloud computing Projet franco-allemand d’infrastructure de données sécurisée : « Nous sommes aujourd’hui dans un...

Projet franco-allemand d’infrastructure de données sécurisée : « Nous sommes aujourd’hui dans un état d’urgence », Jean-Noël de Galzain, Wallix

Jean-Noël de Galzain

« On s’empare enfin de ce problème au plus haut niveau des Etats », se réjouit Jean-Noël de Galzain, patron de l’éditeur Wallix et chef de file du groupement Hexatrust, alors que la France et l’Allemagne livrent une feuille de route pour la mise en place de Clouds de confiance en Europe.

« Le retard industriel est tel qu’à un moment donné il faut une volonté politique pour commencer à gravir cette montagne », commente Jean-Noël de Galzain interrogé par Solutions Numériques sur l’annonce d’un projet franco-allemand d’infrastructure de données sécurisée. « La pente va être raide », envisage d’ailleurs le dirigeant dont la société est présente au Royaume-Uni, en Allemagne, Belgique, Espagne, Suisse, mais aussi aux Etats-Unis et Canada ainsi qu’au Maghreb.

« On ne peut qu’encourager aujourd’hui l’initiative qui est en train d’être menée. » L’idée n’est pas de bâtir un « Cloud souverain » contrairement à ce qui a pu être fait, mais « d’avoir des offres de confiance où les espaces numériques sont indépendants des lois extraterritoriales », explique le dirigeant, qui a planché sur le sujet via le comité stratégique de filière des industries de sécurité en relation avec des représentants de l’Etat. Le « parti-pris » est aujourd’hui de définir « les critères de ces offres de confiance », de créer « une sorte de label sur l’existant », ce qui permet ainsi d’aller plus vite. La France et l’Allemagne ne vont donc pas recréer des infrastructures ou des applications dédiées.

« On ne peut qu’encourager aujourd’hui l’initiative qui est en train d’être menée », Jean-Noël de Galzain

Générer un marché européen

Dans ce projet, Jean-Noël de Galzain voit l’occasion de faire émerger une industrie européenne du numérique et de la cyber. Idée qu’il défend et pousse avec son groupement Hexatrust, qui réunit des éditeurs de la cybersécurité mais aussi des acteurs du Cloud comme Oodrive, 3DS Outscale, Antemeta ou Jaguard Network. Il faut maîtriser la chaîne de valeur (l’ensemble des composants) qui sert à motoriser ces espaces de confiance, amener les acteurs à travailler entre eux, créer un écosystème en Europe pour fabriquer ces offres de confiance, alternatives aux solutions américaines et chinoises, explique-t-il. Aux Etats et grandes organisations ensuite de passer les commandes et de mettre leurs données dans ces Clouds de confiance. « Le critère de confiance » doit être partie intégrante de l’achat, soutient le dirigeant. 

« Nous sommes aujourd’hui dans un état d’urgence. Un certain nombre d’industriels poussent des cris d’alarme depuis des années sur le risque de dépendance numérique. Oui, on a perdu des batailles, mais on n’a pas perdu la guerre. » Et qu’importe si « mettre en place nos propres usines numériques » prenne « des années à se faire », conclut Jean-Noël de Galzain.