Accueil Enquête Pour les petites entreprises du numérique, l'accès aux marchés est difficile

Pour les petites entreprises du numérique, l'accès aux marchés est difficile

Le fonctionnement des marchés est peu favorable aux TPE et PME du numérique au regard de la dernière enquête du CINOV IT, menée en partenariat avec IT Partners.

La chambre professionnelle des TPE et PME du numérique a dévoilé les résultats de son enquête conjoncturelle menée en janvier 2015 sur un panel de TPE et PME issues principalement du syndicat CINOV-IT, de ses associations affiliées et d’adhérents d’IT Partners.
Premier constat : les chiffres sont quasiment les mêmes qu’au dernier semestre 2013. La crise perdure… Globalement, le Cinov IT constate un fonctionnement des marchés peu favorable aux TPE et PME, alors qu’elles représentent en France plus de 90% de la population d’entreprises. La situation concernant les délais de règlement se détériore encore un peu plus, indique le Cinov IT. Dans la moitié des cas, les délais de paiement se situent entre 30 et 45 jours, dans 40 % des cas, les délais légaux sont dépassés. Du côté du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), beaucoup d’entreprises ne le connaissent pas et certaines ne l’utilisent pas par manque d’informations ou par peur d’un contrôle… Celles qui le connaissent et/ou l’utilisent pensent majoritairement qu’il aurait été beaucoup plus simple pour tous de baisser les charges sous certaines conditions plutôt que d’instaurer un dispositif supplémentaire.
Il y a toujours des intentions d’embauche chez les TPE de l’informatique, avec 27 % des répondants qui le prévoient au premier trimestre 2015, mais quelques difficultés à trouver des commerciaux et techniciens… Peu de licenciements sont annoncés.

Accès et fonctionnement des marchés

Dans le privé, la moitié des entreprises interrogées n’est pas référencée chez les donneurs d’ordre, et 60 % des répondants jugent que l’accès à ces marchés est difficile. Les blocages au référencement sont essentiellement un dossier juridique trop complexe, un refus du risque et un chiffre d’affaires trop élevé exigé.
Les TPE et PME travaillent peu avec les marchés publics (moins de 25 % du CA dans 66 % des cas). L’accès aux marchés publics est jugé là aussi difficile par la majorité des entreprises interrogées, essentiellement en raison de la mise au point de dossier administratifs trop lourds (28 %) et parce que les procédures sont trop longues (23 %). Les entreprises travaillant en sous-traitance pour les marchés publics se disent déclarées dans 61 % des cas (on est loin de la transparence…). Les délais de paiement pour les marchés publics semblent mieux respectés que pour les marchés privés.

Les PME et le Cloud

35 % des entreprises interrogées se déclarent encore non concernées par le Cloud mais de plus en plus sont attentives ou s’y intéressent concrètement. 13 % en dégagent des revenus. Parmi celles qui ont des activités Cloud, 24 % font de la revente de solutions de sauvegarde /sécurité en mode Saas. Les entreprises intégrant une offre Cloud le font d’abord pour diversifier leur offre (29 %), ensuite parce qu’elles ont le sentiment que cela est incontournable (26 %), enfin pour répondre à la demande des clients (21 %). Cela a modifié leur business model pour 41 % d’entre elles. Presque la moitié d’entre elles a dû créer une nouvelle structure pour gérer les offres Cloud. Sur quels marchés les entreprises comptent-elles investir ? Les résultats sont plutôt lissés. Mais les plus forts concernent d’abord la sécurité (12 %), puis à parts égales les plans de reprise de continuité, les solutions métiers, et la gestion des documents (10%).

Juliette Paoli