Accueil cyber-guerre Pour Check Point, 2020 sera l’année de la cyberguerre froide

Pour Check Point, 2020 sera l’année de la cyberguerre froide

Les cyberattaques parrainées par les États contre les gouvernements, les infrastructures critiques et les grandes entreprises vont s’intensifier, « en raison de l’escalade des tensions internationales » selon le spécialiste en cybersécurité.

Il y aura une nouvelle guerre froide mondiale et elle se déroulera en ligne, prédit le spécialiste dont le siège social est basé à Tel-Aviv en Israël, et cela « à mesure que les puissances occidentales et orientales dissocient de plus en plus leurs technologies et leurs services de renseignements ». Les cyberattaques seront de plus en plus utilisées pour déclencher des conflits indirects entre pays plus petits. « Elles seront financées et menées par les grands pays cherchant à consolider et étendre leurs sphères d’influence, comme le montrent les récentes cyberattaques contre l’Iran, suite aux attaques contre les installations pétrolières de l’Arabie saoudite.» 

Cette guerre froide se verra également dans des plans visant à influencer les élections de 2020 aux Etats-Unis, indique-t-il, via « les fausses actualités 2.0 ». « Les adversaires politiques ont fait d’énormes progrès en créant des équipes spéciales chargées de créer et diffuser de fausses informations pour saper le soutien dont bénéficient leurs adversaires. » Enfin, inutile de penser que les cyberattaques contre les services publics ou les infrastructures critiques vont s’arrêter. Elles vont continuer à se développer. « Dans de nombreux cas, les infrastructures critiques de distribution d’électricité et d’eau utilisent d’anciennes technologies dont les vulnérabilités peuvent être exploitées à distance, car leur mise à niveau risque de provoquer des interruptions de service. Les pays devront envisager de renforcer radicalement les cyberdéfenses de leurs infrastructures. »

Gil Shwed, fondateur et PDG de Check Point, insiste, fataliste : « À mesure que nos sociétés dépendent de plus en plus d’une connectivité permanente, les cybercriminels et les pirates sponsorisés par des États ont encore plus d’occasions d’influencer les résultats des événements politiques ou causer des bouleversements énormes qui mettent des milliers de vies en danger. Le nombre d’attaques augmente constamment. Au cours de l’année passée, ThreatCloud, notre service de sécurité managé, a bloqué près de 90 milliards de menaces par jour. »