Accueil Cybersécurité Piraté, Esea, un site dédié à l’e-sport, refuse de payer la rançon

Piraté, Esea, un site dédié à l’e-sport, refuse de payer la rançon

site ESEA

Ce site communautaire dédié à l’eSport et concentrant notamment de nombreux profils de joueurs de Counter-Strike : Global Offensive, a été attaqué en décembre dernier. Face au refus de la société de payer la rançon exigée, le hacker a diffusé publiquement de nombreuses informations sur les comptes des joueurs…

Environ 1,5 millions de profils Counter-Strike : Global Offensive piratés : une faille massive pour cet organisateur américain de compétitions d’e-sport, l’E-Sports Entertainment Association (ESEA), qui a vu les données de ses joueurs diffusés publiquement. De quelles données s’agit-il ? Des noms d’utilisateur, emails, messages privés, IP, numéros de téléphone mobile, messages du forum, mots de passe et questions secrètes (cryptés avec Bcrypt). En outre, d’autres données, utilisées par les joueurs pour compléter leuss profils publiques ont été piratées : boissons et nourritures préférées, spécifications matérielles de leur ordinateur, identifiants Xbox et PlayStation Network…  En revanche, ESEA ne stockant pas d’informations de paiement sensibles (carte de crédit, compte bancaire, etc.), les paiements effectués sur le site Web de l’ESEA, ou par l’intermédiaire de tiers, n’ont pas été compromis.

Payer ? Pas de garantie

Si le ou les pirates ont rendus publique des informations, c’’est sans doute parce que l’ESEA a refusé de payer la rançon de près de 100 000 $ exigée. ESEA fait savoir sur son site : « Nous ne cédons pas aux demandes de rançon et le paiement d’une somme d’argent n’aurait pas fourni de garantie à nos utilisateurs quant à ce qui se passerait avec leurs données volées. L’action la plus responsable a été de partager l’incident avec les autorités et notre communauté pour que chaque individu puisse prendre des mesures pour sécuriser ses comptes. Dans le même temps, nous avons travaillé 24 heures sur 24 pour isoler le vecteur d’attaque, corriger la vulnérabilité et améliorer davantage la sécurité »

Péter Gyongyosi, responsable Produit Blindspotter chez Balabit, se satisfait de cette attitude : « […] ce piratage s’inscrit dans la tendance des attaques bien connues perpétrées par des professionnels qui recherchent des gains financiers, et le refus de l’ESEA de payer la rançon en un sens améliore la sécurité de tout le monde. L’ESEA a clairement eu la bonne réaction face à ce chantage en refusant de négocier. C’est exactement le même principe que de refuser de négocier avec terroristes : si les attaquants savent qu’ils n’ont qu’une chance infime d’extorquer de l’argent ou quoi que ce soit d’autre à leurs victimes, alors se poseront-ils la question de l’intérêt de lancer leurs attaques. »

Juliette Paoli