Accueil Internet Piratage Gmail : la Chine fronce les sourcils et menace Google

Piratage Gmail : la Chine fronce les sourcils et menace Google

La semaine dernière Google a ravivé les tensions entre elle et la Chine, en affirmant dans un billet de blog qu'une vaste opération de phising sur des comptes Gmail a été lancée depuis ce pays. Une accusation que confirme un expert de Trend Micro et précisant au passage que l'attaque est même beaucoup plus vaste que ce que dit Google et qu'elle touche également des compte Hotmail et Yahoo!.

Comme il fallait s'y attendre, la Chine est en rogne, réagit et même menace. Ainsi que le  rapporte TF1 d'après l'éditorial du Quotidien du Peuple, le journal officiel du Parti communiste chinois: « les accusations de Google sont inventées, elles ont des motifs cachés et des intentions malhonnêtes. Google ne devrait pas trop s'impliquer dans un contentieux de politique internationale, ni agir comme l'instrument d'un jeu politique. Car lorsque les vents internationaux changeront de sens, l'entreprise Google pourrait être sacrifiée sur l'autel de la politique et du marché ».

On peut encore lire, sur le Quotidien du peuple en version française: « C'est la deuxième fois que Google accuse arbitrairement la Chine. L'année dernière Google a, de façon infondée, accusé le gouvernement chinois d'encourager les attaques de pirates informatiques envers la compagnie et poussé la Chine à abandonner les dispositions légales sur Internet en menaçant de se retirer du marché chinois.

Les plaintes chimériques de Google sont devenues des obstacles au développement de la confiance mutuelle dans le cyberespace.

Personne ne remet en cause la position dominante de Google sur Internet. Fondé en 1998, Google gère plus d'un million de serveurs web dans des centres de données à travers le monde et traite plus d'un milliard de demandes de recherche en ligne.

Cependant, l'entreprise ne devrait pas venir se plaindre aux autres Etats avec des mots vides de sens et des rêveries mais plutôt en possession de faits avérés.

L'année dernière, Google a invité l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA), une agence espion, à l'aider à enquêter sur des cyber-attaques, une coopération qui a été considérée comme une sérieuse menace à la neutralité d'Internet.

Google n'a pas toujours respecté une éthique dans ses affaires comme il le prétend. Un média américain a rapporté mi-mai que Google n'a pas été assez vigilant dans la surveillance de publicités pharmaceutiques en ligne car celles-ci sont très lucratives. Il en découle que Google a mis en ligne des publicités de pharmacies illicites.« 

Bref, ça commence à barder 🙂

Frédéric Mazué