Accueil Démat-Ged Oxalys First : un logiciel d’achat SaaS prêt à l’emploi pour 20...

Oxalys First : un logiciel d’achat SaaS prêt à l’emploi pour 20 utilisateurs

Oxalys First
Oxalys First est une édition prête à l'emploi pour 10 à 20 utilisateurs

Oxalys Technologies présentait aux Salons Solutions, qui se sont déroulés du 24 au 26 septembre, la dernière version de sa solution conçue pour gérer l’intégralité du cycle des achats et dépenses. Prête à l’emploi, elle s’adresse au mid-market et aux primo-accédants.

Le salon des Nouvelles Solutions eAchats, rendez-vous annuel des professionnels des achats et de la finance, dans le cadres des Salons Solutions, a fermé ses portes hier, sous le thème « La direction achats réinventée ». Pour cette 18ème édition parisienne, les visiteurs ont répondu présents (quelques 6 500 y étaient attendus). L’occasion pour l’éditeur français pure player des achats de présenter une nouvelle offre : Oxalys First. La société, qui compte une trentaine de collaborateurs et 30 ans d’existence – très présente dans le secteur de la construction -, s’attaque avec cette solution prête à l’emploi au mid-market et grands comptes, nous indique Pierre Joudiou, le président de la société, rencontré sur place. Elle permet de digitaliser et d’automatiser les étapes clés des processus achats et financiers de l’entreprise, de la demande d’achat à la gestion des factures.

Pour une première expérience e-achats

Le logiciel Achats Oxalys « repose sur 4 grandes briques : le source to contract, le purchase to pay, la relation fournisseurs et le pilotage achats« , précise le responsable. « Avec l’offre First, nous nous adressons au mid-market et aux primo-accédants« , précise-t-il.
Le responsable met en avant la simplicité de l’interface, adaptée aussi aux non professionnels des achats, comme des logisticiens ou techniciens qui peuvent émettre des factures. La solution est d’ailleurs également adaptée à une utilisation mobile. Dernier point intéressant : « la transparence des prix« , « rare« . Ainsi, Oxalys First est commercialisée à 490 euros par mois, ce qui correspond à un « prix défiant toute concurrence« . Le client peut activer les fonctions selon ses besoins dans l’application que Pierre Joudiou aime à décrire comme « agile et flexible« . Les ventes historiquement sous licence se réalisent aujourd’hui à « 80-90 % en SaaS« , souligne-t-il.