Accueil Etudes Objets connectés : un marché émergent mais à fort potentiel

Objets connectés : un marché émergent mais à fort potentiel

Valeur ajoutée et création de services innovants, auxquels il faut ajouter la sécurité, sont les principaux enjeux de ce marché.

Alors que va se tenir le salon Machine to Machine & Objets Connectés les 1er et 2 avril 2015, une étude de Markess International indique que la création de nouveaux services et de produits innovants est un enjeu-clé de l’essor du marché des objets connectés. Le cabinet d’analyse fait d’abord le tour des mots utilisés pour parler des offres et du marché : iOT, M2M… ? Résultats : les offreurs de solutions préfèrent aujourd’hui les termes « objets connectés » pour 62 % des sondés « IOT » (pour Internet of Things) à 55 % et « M2M » (pour machine to machine) pour 26 %.

Markess définit ensuite le marché des objets connectés. Pour lui, il inclut plus spécifiquement les terminaux connectés (smartphones, ordinateurs portables…), la communication entre machines (Machine to Machine ou M2M)et les objets (Internet of Objects ou IoO) contenant un dispositif informatique embarqué et connecté (connexion directe à l'internet ou utilisant un hub de type smartphone par exemple).

Ces objets sont néanmoins des objets « nouvelle génération », capables de créer et d’échanger de l'information avec un système d'information sans intervention humaine. Le point important est que les informations ou données issues de ces objets permettent la création d’une nouvelle valeur ajoutée dans les processus et services.

Des enjeux liés à l’exploitation et à la valorisation des données

« La valeur ajoutée et la création de services innovants sont les principaux enjeux remontés par les acteurs du marché que nous avons interviewés. Viennent ensuite des enjeux liés à la gestion de la sécurité des données échangées, à la gestion de leur conformité légale (pour l’utilisation et l’exploitation des données personnelles), à la propriété de ces données échangées (avec les concepts de valorisation ou de monétisation des données). Quant aux problèmes liés à la sécurité et à l’interopérabilité, ils sont perçus comme les principaux freins au développement des objets connectés », déclare Laetitia Bardoul, analyste senior chez Markess en charge de l’étude.

Un marché émergent mais à fort potentiel

Auprès des entreprises interviewées en parallèle, il s’agit d’un marché émergent et qui englobe des réalités différentes selon les secteurs d’activité. Au niveau général, près de 30% des entreprises interrogées indiquent conduire ou avoir en réflexion des projets liés aux objets connectés. Trois secteurs sont les plus en avance sur ces sujets. D’abord l’industrie, notamment automobile, aéronautique, pharmaceutique et textile, avec des projets liés à la maintenance prédictive, ou au suivi du cycle de vie des produits. Ensuite, les opérateurs de services d'utilité publique, de l’énergie (télécoms, eau, électricité, gaz…). Enfin la distribution avec l’optimisation de l’expérience client (développement de la géolocalisation dans les points de vente, interactions avec le mobile de l’utilisateur…).

1 entreprise sur 2 indique conduire des projets liés aux objets connectés et 2 sur 10 réfléchissent à des projets à plus ou moins longue échéance.

http://blog.markess.fr/information-management/

Juliette Paoli