Accueil Enquête Objets connectés : santé, sécurité et domotique sont les priorités des Français

Objets connectés : santé, sécurité et domotique sont les priorités des Français

Schéma Internet des objets
Schéma Internet des objets

Si les objets connectés ont un avenir professionnel – on pense notamment aux smart cities ou à l’industrie – ils en ont un aussi auprès du grand public. Mais qu’en attendent vraiment les Français?

Une étude menée par OpinionWay pour le salon DISTREE#Connectdays, qui se tiendra les 11 & 12 avril au Carrousel du Louvre à Paris, indique que 85 % des Français pensent que les objets connectés ne sont pas juste un phénomène de mode, et cela même si majorité d’entre eux (56 %) avoue mal connaître les objets connectés.

étudeiot4

35 % des français déclarent posséder au moins un objet connecté. La télévision arrive largement en tête (22 %) suivie de l’alarme ou caméra de sécurité connectée (10 %), puis de la montre ou du bracelet connectés (respectivement 6 et 5 %).

La santé et la sécurité comme secteurs de développement prioritaire

Si les objets connectés les plus plébiscités par les Français sont ceux en rapport avec la santé (64 %), ceux qui permettent d’assurer leur sécurité arrivent en 2ème position (53 %). C’est l’énergie et la domotique qui termine le Top 3. On notera que parmi les Français qui connaissant mieux les objets connectés, les secteurs de développement sont plus vastes. Ils évoquent l’électroménager (44 %) ou encore les loisirs (33 %).

étudeiot1bis

Quand on demande aux Français quels sont les bénéfices attendus de tels objets, les sujets relatifs à la sécurité reviennent en force, par exemple pour surveiller un logement à distance (36 %), être alerté en temps réel en cas d’urgence (un proche malade, une fuite d’eau à la maison, etc.) (34 %) ou encore améliorer la sécurité routière (28 %) Des pourcentages bien plus élevés pour ceux qui connaissant le mieux les objets connectés : respectivement 49%, 46 % et 43 %.

étudeiot2

 

Les principaux freins à l’achat

Parmi les risques et freins majeurs associés aux objets connectés, l’étude relève que pour 45% des Français le prix des objets connecté est prohibitif. 33 % sont très gênés par la collecte des données personnelles. 28 % ont peur de « devenir dépendants » de ces objets. Le total « d’accord » pour chacun de ces 3 freins s’élève respectivement à 91 %, 86 % et 81 %)

étudeiot3

Juliette Paoli