Accueil Société Lyon aura sa mini « Silicon Valley » en 2017

Lyon aura sa mini « Silicon Valley » en 2017

Quartier Confluence à Lyon
Quartier Confluence à Lyon

La Métropole de Lyon va s’offrir sa mini « Silicon Valley » à l’horizon 2017 en proposant d’accueillir les start-ups du numérique dans un lieu spécialement créé pour l’occasion, la Halle Girard, dans le nouveau quartier de la Confluence.

C’est à l’extrême-sud de la presqu’île de Lyon, quai Perrache, que cette ancienne usine du 19e siècle va louer l’essentiel de ses 3 800 mètres carrés aux jeunes pousses du secteur à « un prix au m2 très raisonnable » afin de permettre leur essor, assure-t-on à la Métropole. Un espace consacré à l’événementiel doit permettre aussi à ces entreprises qui font partie depuis novembre du réseau national « French Tech », dont l’antenne lyonnaise vient d’être officiellement lancée, d’échanger avec les milieux scientifique, technologique et artistique. « On est vraiment à la fois sur un lieu totem et sur un lieu +hub+ », indique à l’AFP Karine Dognin-Sauze, vice-présidente chargée du numérique à la Métropole lyonnaise, évoquant la proximité de la Halle Girard avec « une résidence de chercheurs internationaux et un regroupement d’acteurs dans les industries créatives ».  Les coûts des travaux de réhabilitation de ce bâtiment, qui accueillait à ses débuts une usine de chaudronnerie, sont estimés entre 10 et 12 millions d’euros, selon Mme Dognin-Sauze. Cette dernière promet « des équipements et des espaces en phase avec les besoins des acteurs » et des « connexions forcément excellentes ».
Le 11 mai à Lyon, le Premier ministre Manuel Valls avait souligné avec la secrétaire d’Etat au numérique Axelle Lemaire, devant les acteurs locaux de la filière, « l’ambition » du gouvernement de faire de la France « un terreau pour l’innovation ».Le secteur du numérique lyonnais représente quelque 7 000 entreprises et 42 000 emplois dont 2 000 créés ces deux dernières années, selon Mme Dognin-Sauze. En 2013, plus de 200 millions d’euros ont été levés dans le secteur dont trois millions pour l’amorçage, selon le site internet de Lyon French Tech.

 

Auteur : la rédaction avec AFP