Accueil Réglementation/Loi Les Russes privés de Linkedin jusqu’à nouvel ordre

Les Russes privés de Linkedin jusqu’à nouvel ordre

Marque Linkedin
Logo Linkedin

En raison d’une loi sur la localisation des données non respectée, la Russie coupe l’accès à Linkedin.

Lindekin, le réseau social professionnel qui appartient depuis peu à Microsoft, n’est plus accessible depuis la Russie depuis quelques jours. L’autorité en charge des communications électroniques (Roskomnadzor) a demandé aux FAI locaux de le bloquer, car le réseau social professionnel ne respecte pas l’obligation d’héberger les données des internautes russe sur le territoire national comme le veut la législation depuis janvier 2015. Le réseau revendique 6 millions d’utilisateurs en Russie. Facebook et Twitter seraient aussi dans le collimateur pour les mêmes raisons, selon Euronews

Antivirus : Microsoft visé aussi pour abus de position dominante

Le 10 novembre, les autorités russes de la concurrence, après s’être intéressées ces derniers mois à Google et Apple, annonçait également l’ouverture d’une enquête contre le groupe informatique américain Microsoft pour abus de position dominante sur le marché des logiciels antivirus. L’agence fédérale antimonopole (FAS) expliquait dans un communiqué avoir pris cette décision après avoir été saisie par le spécialiste russe de la sécurité informatique Kaspersky. Elle reproche à Microsoft d’avoir réduit à six jours ouvrés le temps mis à la disposition des éditeurs de logiciels tiers pour adapter leur antivirus au système d’exploitation Windows 10 contre deux mois pour les versions précédentes. Quand un utilisateur de Windows installe la dernière version du système d’exploitation, son antivirus devient inopérant et celui de Microsoft, Windows Defender, devient actif par défaut. Avec seulement quelques jours à leur disposition, les éditeurs comme Kaspersky n’estiment ne pas avoir le temps de proposer un service convenable à leurs utilisateurs.

Un ensemble de mesures démontrant un contrôle renforcé des acteurs étrangers et des moyens de communication.

 

Auteur : La Rédaction avec AFP