Accueil Métiers - Business Les dépenses informatiques mondiales en 2012 revues en baisse

Les dépenses informatiques mondiales en 2012 revues en baisse

La croissance des dépenses informatiques dans le monde va ralentir en 2012 par rapport à 2011, selon le cabinet Gartner qui a révisé ses prévisions en baisse jeudi en raison de la situation macroéconomique et des perturbations dans la fabrication de disques durs.

Les chiffres publiés par Gartner font état d'un total de dépenses informatiques de quelque 3664 milliards de dollars en 2011, en hausse de 6,9%. Mais en 2012 la progression devrait être limitée à 3,7% (à 3798 milliards), alors qu'il y a trois mois Gartner tablait sur 4,6%.

«Les quatre grands secteurs de l'informatique – les ordinateurs, les logiciels professionnels, les services informatiques et les équipements et services de télécommunications – devraient connaître une croissance ralentie en 2012 par rapport à ce qui était prévu précédemment», a précisé Gartner.

«Une croissance économique mondiale ralentie, la crise de la zone euro et les conséquences des inondations en Thaïlande sur la production de disques durs ont eu un impact sur les prévisions de dépenses informatiques», a souligné le vice-président de la recherche chez Gartner, Richard Gordon.

En ce qui concerne les disques durs, les conséquences des inondations en Thaïlande se feront sentir tout au long de 2012 et vraisemblablement encore en 2013, estime Gartner, avec une production qui pourrait être réduite «de 25% et peut-être plus, dans les six à neuf mois qui viennent».

L'impact se fera notamment sentir à court terme sur les ventes d'ordinateurs, prévoit Gartner. Quelque 40% de la production mondiale de disques durs (HDD) vient de Thaïlande, ce qui en fait le deuxième exportateur mondial après la Chine.

L'Europe de l'ouest devrait enregistrer un recul de 0,7%, après une progression de 3,7% en 2011, «la crise de l'eurozone créant des incertitudes à la fois pour les entreprises et les consommateurs», selon M. Gordon.

Gartner table sur une reprise mondiale modeste dans les années qui viennent, avec une progression de 4,9% en 2013 et 2014 et de 4,8% en 2015.

Jean Kaminsky

Jean Kaminsky