Accueil Insolite Le Réseau social de demain, directement connecté au cerveau

Le Réseau social de demain, directement connecté au cerveau

Illustr : iStock(c) cujo19

Nous avons publié pour le 1er avril une série d’articles insolites, certains vrais d’autres faux. Celui-ci est une pure invention !

La télépathie est-elle le dernier avatar des réseaux sociaux ? Alors que certains avaient prophétisé la mort de la messagerie, remplacée par les réseaux sociaux et que Twitter vient de fêter en mars son dixième anniversaire, de nouvelles générations d’outils et de pratiques arrivent. La connexion de cerveau à cerveau (Brain-to-brain, B2B)  reliera-t-elle  demain des milliiards de terriens, sans la frontière de la langue?

La course à la rapidité, voire à l’instantanéité, et les possibilités de Big Data, sont les critères des réseaux sociaux de demain. Les réseaux 2.0 seront neuronaux, proclame le professeur Soceess, du MIT.

Neuronaux au sens propre, car ils permettent de communiquer directement de cerveau à cerveau, en B2B (brain-to-brain), insiste le professeur, un brin farceur, qui se prête lui-même à l’expérimentation (voir photo).

Communiquer avec un rat

L’expérience recèle 2 originalités principales : d’abord le renoncement aux traditionnelles électrodes, pour communiquer avec le cerveau de l’utilisateur. En effet, l’équipe du laboratoire a adapté une technologie au croisement du NFC (sans contact) et du BlueTooth. Les ondes Gamma issues de l’ l’hippocampe, et de l’aire cérébrale du langage parviennent, sans fil, au boîtier Wifi. Dans une expérience filmée et diffusée sur la chaîne de l’Université, le professeur a pu avoir un échange avec une équipe basée en Caroline du Nord.

Seconde originalité, plus étonnante, l’expérimentateur a démontré la possibilité d’échanges kinesthésiques et visuels, au-delà du langage donc, avec un rat du laboratoire, présent à l’autre aile du campus.

Le chercheur utilise d’ailleurs ce canal de communication pour pour être en connexion avec  les investisseurs. On parle déjà d’une levée de fonds d’ 1 milliard de dollars, alors que l’on en est qu’à la phase de test.

L’équipe du professeur estime cependant que dans les 3 ans un simple fil, de type oreillette, pourra remplacer l’encombrant dispositif électrique que montre la photo, pour la communication de cerveau à cerveau. Les opérateurs de télécommunication  travaillent déjà sur l’infrastructure et les relais en 1600.800 Mhz que nécessiteront  ce Facebook 5.0.

(Crédit illustration: Illustr : iStock (c) cujo19 )

Jean Kaminsky