Accueil Cloud computing Le poste de travail dans le Cloud expliqué par Stephan Hadinger, directeur...

Le poste de travail dans le Cloud expliqué par Stephan Hadinger, directeur de la Technologie chez AWS France

Stephan Hadinger , AWS

Sur le thème du Bureau as a Service, ou Desktop as a Service (DaaS), nous avons demandé à Stephan Hadinger, directeur de la Technologie chez AWS France, les leçons qu’il tirait de la crise sanitaire et du confinement.

« Nous avons observé plusieurs problématiques pendant ce confinement et ce télétravail. Bien sur, AWS c’est plus de 175 services, pour des besoins très larges. Mais ce que AWS a pu observé pendant le confinement, c’est la mise en place des postes de travail à distance, le Desktop as a Service, ou DaaS, depuis un ordinateur familial ou une tablette, qui n’est pas forcément au niveau de sécurité de l’entreprise. »
Un des exemples le plus spectaculaire, confie Stephan Hadinger, est celui d’Admiral Groupe (assurances automobile). Son CIO Europe, Christophe Sanchez, a pu monté ainsi en 2 semaine et demi 1 200 postes de travail en utilisant Workspaces.
« Ce qui est intéressant c’est qu’ils en tirent des leçons en termes de confort d’utilisation avec les performances au rendez-vous, qui ont pu être meilleures que celles sur site. » Cela s’explique par l’accès aux processeurs de dernière génération, à une infrastructure performance, ce qui n’est pas forcément le cas avec un ordinateur un peu vieillissant.

Un autre enseignement tiré par le groupe est lié à la sécurité. La connexion avec un PC familial n’offre un risque que très limité, puisqu’il n’y a rien sur le PC, aucun document. « Ce sont juste des pixels qui arrivent sur l’écran« . En matière de sécurité toujours, la sauvegarde automatique et régulière, plusieurs fois par jour, protège des malwares et des cryptolockers. « On peut toujours revenir en arrière dans les sauvegardes et retrouver ses données avant action d’un cryptolocker. » Le groupe Admiral envisage de garder ce schéma, même avec un retour au bureau, précise Stephan Hadinger. 

Un centre d’appels monté en quelques jours

Stephan Hadinger nous confie également avoir eu beaucoup de demandes pour Amazon Connect, une offre pour créer des centres d’appels, appels entrants ou sortants. « Nous avons eu énormément de demandes de clients dans le monde et aussi en France pour monter en urgence, c’est-à-dire en 2/3 jours, des centres d’appels de plusieurs centaines de personnes. »
« Nous avons beaucoup travaillé avec Webhelp, leader européen du centre d’appels et de contacts. Ils ont migré plus de 36 000 agents en mode télétravail en 2 semaines. Nous avons travaillé avec eux notamment pour l’AP-HP et l’application Covidom (ndlr, une solution de télésuivi à domicile pour les patients porteurs ou suspectés Covid-19) ». Le centre d’appels, installé en 3 jours, rappelait les patients en cas de suspicion d’aggravation ou en l’absence de données correctes saisies dans l’application. Cette plateforme a été opérée par Webhelp sur la technologie Connect, selon un mode pro bono, tant côté Webhelp qu’Amazon Connect.

Le Cloud pour innover et gagner en agilité 

Stephan Hadinger conseille aux DSI d’embrasser le Cloud le plus vite possible pour gagner en agilité et se différencier. La sortie de crise va le montrer encore davantage : le contexte économique va être plus difficile pour beaucoup d’entreprises et cette agilité sera nécessaire pour lancer des offres nouvelles et aussi adapter les coûts en fonction de l’usage. Stephan Hadinger cite en exemple une filiale du groupe Accor spécialisée dans les logiciels de réservation pour les hôtels : « Le Cloud leur a permis de réduire de 30 % leur facture » pendant le confinement.
En libérant des budgets, l’entreprise peut innover alors sur des nouveaux domaines. Mais, surtout, on libère du temps aux collaborateurs qui peuvent investir sur de l’IA, du data lake, des objets connectés, etc. Stephan Hadinger rappelle également que le Cloud assure et accroit le niveau de sécurité.