Accueil E-commerce Le géant du shopping multimédia QVC débarque en France

Le géant du shopping multimédia QVC débarque en France

Inscription au site QVC France
Inscription au site QVC France

Le géant américain du téléachat et du commerce électronique QVC lance en France un site de commerce en ligne participatif et une chaîne de télévision gratuite, concurrençant TF1 et M6.

Le lancement du site est prévu pour la mi-juin, tandis que la chaîne de télévision, qui sera visible par 13 millions de foyers, sera accessible sur les réseaux câblés, satellites ou via l’ADSL à partir de début août. Produits de beauté, bijoux, équipement pour la maison et mode, les articles proposés ciblent une clientèle de femmes de plus de 35 ans. D’ici la fin de l’année, QVC entend proposer 1 000 produits à la vente, dont un tiers proviendront de marques de PME ou de créateurs peu connus du grand public.

40 % des ventes réalisées en ligne

En France, où le téléachat pâtit d’une image ringarde auprès du grand public, en particulier depuis le boom du e-commerce, le groupe américain a fort à faire pour séduire sa clientèle, d’autant qu’il y est encore inconnu. « Ce que nous proposons est très différent de ce qui existe déjà en France », explique le directeur général pour la France Steve Bridgeman.qui fait remarquer que QVC n’est pas seulement une chaîne de télé mais aussi un acteur multimédia, avec 40 % des ventes réalisées en ligne, parmi lesquelles 41 % se font via les smartphones. Les programmes de télévision pourront ainsi être revisionnés sur le site Web, qui sera en interaction avec les émissions, les internautes pouvant envoyer leurs commentaires en direct et les différents contenus étant synchronisés en temps réel.

Créé en 1986 aux Etats-Unis et filiale de Liberty Interactive Corporation, QVC a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 8,8 milliards au niveau mondial, avec plus de 10 millions de clientes. En Europe, il est déjà présent au Royaume-Uni, en Italie et en Allemagne, où ses ventes frôlent le milliard de dollars.

 

Auteur : la rédaction avec AFP