Accueil Cloud computing La Brinks confie son SDDC VMware à AWS

La Brinks confie son SDDC VMware à AWS

Pourquoi le convoyeur de fonds, tout comme Ricoh ou Cerner, externalisent-ils la gestion de leur datacenter définie par logiciels auprès de l’opérateur de cloud public AWS ?

Lorsqu’il est défini par logiciels, le datacenter devient reconfigurable très rapidement. Toute l’infrastructure s’avère plus souple avec le SDDC ; elle s’adapte très vite aux changements métiers, de plus en plus fréquents.

Comment est-ce possible concrètement ? Grâce à des programmes et mécanismes d’automatisation centrés sur les serveurs, les données et les réseaux, jusqu’aux facultés de reprise d’activités en cas d’incidents.

Déplacements de workloads automatisés

Les niveaux de services fournis aux clients sont améliorés et cela guide notre transformation numérique. Nous pouvons déplacer facilement nos workloads entre Clouds privé et public, offrir davantage d’agilité aux services de production et une nouvelle reprise d’activités”, confirme Greg Osgood, Global Vice President en charge des infrastructures et de la sécurité numérique de la Brinks.

Le convoyeur de fonds s’appuie sur VMware Cloud sur AWS, de part et d’autre de l’Atlantique à présent et il prévoit d’étendre ce modèle en Amérique du sud et en Asie également.

Pour sa part, l’infrastructure HCI (HyperConverged Infrastructure) procure un Cloud privé clé-en-main. Elle séduit un nombre croissant d’entreprises cherchant à consolider leurs serveurs virtuels et leurs ressources de stockage en réseau via une baie tout-en-un, plus simple à installer et à administrer en interne.

Créer un Cloud privé à partir de serveurs et de baies de stockage déjà en place s’avère souvent plus complexe car il faut composer avec plusieurs réseaux aux protocoles distincts, IP et Fibre Channel en particulier. La plateforme de stockage du rack HCI est un SAN virtuel partagé, bref une nouvelle infrastructure reconfigurable, elle aussi, par logiciels.

Gestion complète du Cloud hybride

«Des clients de presque tous les secteurs adoptent VMware Cloud sur AWS, car il leur fournit un cloud hybride évolutif et cohérent sur le plan opérationnel qui répond à leurs besoins les plus critiques», observe Mark Lohmeyer, vice-président et directeur général de la plateforme Cloud de VMware.

Les deux choix d’infrastructures ne sont pas opposés mais complémentaires désormais. En effet, les acquisitions récentes  de VMware contribuent à fournir une plateforme de gestion complète du cloud hybride.

Dernière opération de croissance externe en date, CloudHealth Technology, basée à Boston et créée en 2012, vient d’être acquise par l’éditeur Américain pour près de 500 millions de dollars.

Avec une équipe de 400 salariés d’ici à la fin 2018, Tom Axbey le CEO de CloudHealth mise sur la popularité croissante de son logiciel d’analyse des données d’utilisation du Cloud pour optimiser l’infrastructure globale des entreprises.

Nul doute que cette acquisition facilitera la portabilité des charges applicatives VMware sur les divers Clouds choisis par les entreprises utilisatrices. Les packages SDDC dans le cloud se multiplient déjà avec VMWare Cloud proposé sur AWS, mais aussi chez OVH.

 

Auteur : Olivier Bouzereau