Accueil Démat-Ged Copie numérique fiable : Konica Minolta se veut à la pointe

Copie numérique fiable : Konica Minolta se veut à la pointe

À l’occasion du salon Documation, qui s’est tenu du 20 au 22 mars, le fabricant de copieur a présenté une solution intégrée permettant de se passer des originaux papier.

Difficile pour un spécialiste de l’impression de prôner l’abandon du papier. Certains y voient un brin de schizophrénie, d’autres une anticipation des usages. On penche plutôt chez Konica Minolta pour la seconde option. Sans être un précurseur, le fabricant japonais a en effet entamé sa propre transformation suffisamment tôt pour être aujourd’hui en mesure de proposer une solution de dématérialisation de bout en bout, de la numérisation et la capture des documents jusqu’à leur archivage dans un coffre-fort électronique. Si le marché présente de plus en plus d’offres de ce type, celle de Konica a l’intérêt de garantir la fiabilité de la copie numérique dans le but de s’affranchir totalement de la conservation des originaux papiers.

« Le zéro papier n’est pas une approche nouvelle mais, le décret n° 2016-1673 du 5 décembre 2016 qui a officialisé la notion de copie fiable, et la norme NF Z 42-026 de mai 2017 qui a défini et spécifié les prestations de numérisation fidèle de documents sur support papier sont deux éléments qui permettent aujourd’hui aux entreprises de détruire les originaux papiers au profit d’une conservation électronique », explique Christophe Laurent, chef de marchés solutions chez Konica Minolta Business Solutions France.
« Nos clients avaient déjà la possibilité de numériser leurs documents et de les placer dans une GED ou dans le Cloud, ils peuvent désormais se mettre en conformité lorsqu’ils décident de passer au tout numérique. Autour de nos systèmes multifonctions, nous avons associé la capacité d’authentifier la personne qui numérise, l’empreinte du document, le chiffrement des données et la conservation dans un coffre hébergé dans un datacenter Orange », poursuit-il avant de préciser : « Cette offre globale n’affranchit néanmoins pas l’entreprise de l’obligation de calibrer son outil de numérisation et de documenter son processus de dématérialisation à travers une convention de numérisation ».

Une technologie Web serveur

Pour intégrer ces solutions autour de ses multifonctions, le fabricant s’est appuyé sur sa technologie IWS (Integrated Web Server) pour fournir depuis le point de numérisation les briques d’authentification, de hachage et d’horodatage. Pour l’heure, seuls les périphériques A3 de Konica sont labélisés « Copie Numérique Fiable Ready », ses copieurs A4 devant l’être d’ici à la fin de l’année.

« Certaines offres s’appuient sur l’intégration de plusieurs solutions de prestataires différents afin de mener à bien l’ensemble de la chaîne. D’autres garantissent le respect du cadre légal de bout en bout, depuis un point d’entrée unique, à l’image de notre gamme, premiers systèmes d’impression multifonctions à valeur probatoire à être commercialisés sur le marché », Christophe Laurent, de Konica Minolta sur le salon Documation

1 COMMENTAIRE