Accueil Cloud computing Interview – BNP Paribas : « Le Cloud pour gérer les nouveaux usages...

Interview – BNP Paribas : « Le Cloud pour gérer les nouveaux usages et développer services et applications », Christophe Boulangé, directeur du programme Cloud

Christophe boulangé
Christophe Boulangé, directeur du programme Cloud BNP Paribas. @ Franck Foucha

Christophe Boulangé, directeur du programme Cloud BNP Paribas, qui est rattaché au DSI du groupe bancaire, explique à Solutions Numériques les enjeux et les objectifs de la stratégie Cloud hybride du groupe bancaire international.

 

Solutions Numériques : Dans quel contexte s’inscrit votre stratégie Cloud ?

Christophe Boulangé : Nous souhaitons mettre en œuvre des solutions Cloud pour gérer les nouveaux usages et développer de nouveaux services et applications, tout en étant en conformité avec les règles de régulation s’imposant aux banques. La pression réglementaire est de plus en plus forte dans le monde bancaire, suite notamment à des incidents de sécurité constatés par les autorités. Dans un groupe international comme le nôtre avec 22 métiers bancaires (et 60 organisations IT), de nouvelles régulations doivent être respectées chaque jour. Aussi avons-nous établi un registre de notre exposition dans tous les Clouds, avec un accent particulier sur les Clouds publics.


S.N. : Quel est l’historique de BNP Paribas dans le Cloud ?

C.B. : Nous avons commencé en 2014 par un Cloud privé sur nos serveurs et opéré en interne, dans une optique de rationalisation de nos datacenters et de nos coûts. A partir de 2016, nous avons réfléchi à la vague de disruption liées à des technologies agiles et au Cloud public. Les Gafa sont devenus des « coopétiteurs » des banques, par le développement de nouvelles offres, notamment de paiement et leurs acquisitions de FinTech. Nous avons souhaité soutenir nos projets de digitalisation des services bancaires, notamment ceux menés en collaboration avec les startups. Nous avons lancé un appel d’offres fin 2017 sur le Cloud public à des fins d’innovation.

« Les Gafa sont devenus des « coopétiteurs » des banques, par le développement de nouvelles offres, notamment de paiement et leurs acquisitions de FinTech. »

En 2018, nous avons étendu de huit ans notre contrat avec BP2I, notre joint-venture avec IBM. Il inclut la consommation de serveurs, de conteneurs et de serveurs Cloud ainsi que les mises à jour, avec un paiement à l’usage. BNP Paribas utilise les solutions de Cloud d’IBM pour augmenter ses capacités de services via des environnements multiples de Cloud, tout en assurant la réversibilité entre ces derniers. Cela permet d’optimiser la gestion de la répartition des charges de travail entre les différents services d’infrastructure sur le Cloud. Les solutions de Cloud public IBM servent à supporter le développement de nouveaux services, les environnements de tests et les applications.

Nous avons développé un Cloud dédié dans deux salles de datacenters BNP Paribas et dans une troisième salle d’un datacenter en dehors de la banque. IBM déploie les solutions Cloud dans ces trois salles, la bascule de responsabilité dans nos locaux s’étant déroulée en novembre 2019. Ce Cloud offre une « sécurité by design ». Sur l’ensemble de nos Clouds, toutes les données sont encryptées par sécurité. La partie Cloud public ne comporte pas de données sensibles.

« Sur l’ensemble de nos Clouds, toutes les données sont encryptées par sécurité. La partie Cloud public ne comporte pas de données sensibles. »

S.N. : Quels sont les objectifs de ce Cloud hybride opéré par IBM et piloté par BNP Paribas ?

C.B. : Nous souhaitons permettre aux métiers du groupe d’être plus innovants afin de les accompagner dans leur transformation digitale. Dans ce cadre, nous avons deux objectifs principaux. Le premier est d’opérer à partir du 1er juillet 2020 un catalogue de services, mis à jour toutes les trois semaines, sur un périmètre Europe – Moyen-Orient – Afrique du Nord. Nous souhaitons simplifier le cycle d’innovation interne de nos métiers dans un environnement sécurisé. Le périmètre global de la banque est visé, du paiement à l’expérience utilisateur, en passant par l’amélioration du service client et des services à valeur ajoutée pour nos salariés.
En amont de cette échéance de mise en service, nous avons déjà mené des tests. Ainsi, l’application mobile de « smart building » permettant de déclarer d’éventuels incidents sur notre site de Levallois-Perret, est opérée sur le Cloud.

« Le premier objectif est d’opérer à partir du 1er juillet 2020 un catalogue de services, mis à jour toutes les trois semaines. »

Le second objectif est de proposer ces services Cloud à nos partenaires FinTech, afin de favoriser l’innovation commune avec nos métiers et de simplifier l’intégration des startups dans nos processus. Nous sommes engagés avec une dizaine de startups et en étudions une trentaine de plus cette année.
Nous développons un modèle de Cloud hybride qui reprend le meilleur des mondes privés et publics et qui permet de raccourcir les délais de mise en service de nouvelles applications et services numériques.

 

 

Propos recueillis par Christine Calais