Accueil Recherche Intel ouvre un nouveau laboratoire de R&D à Sophia-Antipolis

Intel ouvre un nouveau laboratoire de R&D à Sophia-Antipolis

Intel a inauguré, vendredi 30 novembre 2012,  à Sophia-Antipolis, un nouveau laboratoire de R&D spécialisé dans l’intégration des composants de connectivité et dans l’architecture des composants logiciels de communication (Modem, Wi-Fi, GPS, NFC…) pour les Smartphones et tablettes.

Appartenant au groupe MCG (Mobile Communication Group), cette ouverture répond à un double objectif. Celui tout d’abord de façonner le futur de l’informatique mobile à travers l’élaboration d’appareils toujours plus fins et autonomes, toujours connectés et tournés vers de nouveaux usages. Celui enfin de poursuivre à un niveau supplémentaire sa politique d’expansion et d’investissements développée depuis quelques années pour son site de Sophia-Antipolis, et même plus généralement en France.

Avec ce nouveau laboratoire, Intel confirme sa volonté de faire de la France un pays majeur de sa R&D en matière de technologies mobiles.

Depuis sa création en 1999, le site Intel de Sophia-Antipolis n’a pas cessé de grandir et d’évoluer, réunissant au fil de ses accroissements d’effectifs une large palette de compétences et de savoir-faire. De dix personnes au départ, le site compte aujourd’hui plus de 300 employés partagés entre deux entités complémentaires et convergeant vers un même but.

Première entité, les équipes appartenant au groupe MCG (Mobile Communication Group) qui suite à leur expansion – à l’heure actuelle encore en cours de développement – prendront place au sein de ce nouveau laboratoire. Si l’on rentre un peu plus dans les détails, elles réuniront une équipe de certification télécom (à l’origine du site de Sophia-Antipolis) chargée de standardiser les solutions de réseau sans fil en respect des normes gouvernementales appliquées dans quelques 130 pays. Ainsi qu’une équipe de R&D (en place depuis 2009) chargée de développer, tester et valider les profils matériels et logiciels des technologies audio, de connectivité et autres modems… ou plus concrètement de participer activement au développement des modèles qui serviront de référence pour les Smartphones et tablettes intégrant des processeurs Intel Atom.

Pour Stéphane Negre, président directeur général Intel France : « L’ouverture de ce laboratoire à Sophia-Antipolis marque non seulement une réussite d’un point de vue local mais confirme aussi la réelle valeur ajoutée de la France en matière de technologies mobiles. Pour les Smartphones et tablettes de demain, Intel France fera office de figure de proue et c’est bien sûr une grande satisfaction »

Seconde entité, et travaillant en association avec le nouveau laboratoire, les équipes appartenant au groupe IMC (Intel Mobile Communications). Nées du rachat par Intel, en mars 2011, de la division sans fil pour téléphonie mobile de la société Infineon, elles sont spécialisées dans les domaines du développement et de la pré-intégration logicielle des solutions de connectivité, ainsi que des couches basses des modems 3G/4G. De même que dans le développement de puces pour la téléphonie intégrant notamment les fonctions de connectivité, de gestion d’alimentation et modem.

A l’instar du site de Sophia-Antipolis, depuis fin 2009 la présence d’Intel en France a connu un véritable bond en avant, passant d’un peu plus de 100 employés à plus de 700 aujourd’hui, dont une très grande majorité en R&D.

Frédéric Mazué