Accueil Logiciels-Services IBM revend Notes et Domino, et d’autres logiciels, au groupe indien HCL

IBM revend Notes et Domino, et d’autres logiciels, au groupe indien HCL

Lotus Notes
IBM Lotus Notes

IBM vient de revendre 7 logiciels, dont les outils de collaboration Notes/Domino, à l’ESN indienne HCL pour un montant de 1,8 milliard de dollars. La transaction devrait être finalisée d’ici à la mi-2019.

Dans l’escarcelle dorénavant bien remplie de HCL, on trouvera Appscan (développement d’applications sécurisées), BigFix (gestion sécurisée des périphériques), Unica, sur site, (automatisation des campagnes marketing), Commerce, sur site, (commerce omnicanal), Portal, sur site (gestion de portails Web), Notes et Domino (travail collaboratif), et Connections (solution RSE). Notes, Domino et Portal représentant à eux trois des solutions majeures. « Nous pensons que le moment est venu de céder ces actifs logiciels sélectionnés pour la collaboration, le marketing et le commerce, qui sont de plus en plus livrés en tant que produits autonomes. En même temps, nous pensons que ces produits constituent un puissant atout stratégique pour HCL », explique dans un communiqué John Kelly, vice-président et directeur des Solutions cognitives et recherche d’IBM.

IBM se recentre sur des secteurs « émergents »

Cette vente intervient après le rachat de Red Hat (l’acquisition devrait être bouclée durant le deuxième semestre de 2019) pour la somme de 34 milliards de dollars. « IBM va devenir le premier fournisseur mondial de Cloud hybride », avait alors déclaré Big Blue. Pour aider à faire face au montant très important à débourser – en partie en cash et en partie par endettement – IBM a renoncé à son plan de rachat d’actions en 2020 et 2021 et a affirmé avoir les moyens financiers d’assurer la transaction à sa signature. Le 1,8 milliard de dollars récolté pour la vente de ses logiciels à HCL devrait y contribuer pour une petite partie.
IBM compte se concentrer sur des secteurs « émergents » et « à forte valeur ajoutée », citant l’intelligence artificielle, le Cloud hybride, la cybersécurité, l’analytique, la chaîne logistique et la blockchain. Il mentionne également des marchés verticaux porteurs, notamment la santé, l’industrie et les services financiers. Dans ses résultats du troisième trimestre publiés en octobre, IBM a enregistré un chiffre d’affaires de 18,8 milliards de dollars, en baisse de 2% par rapport à l’année précédente, et un bénéfice net de 2,7 milliards de dollars, en baisse de 1%.

Un marché potentiel de 50 milliards de dollars pour HCL

Du côté de HCL, le président et directeur général de HCL Technologies C. Vijayakumar se félicite que les solutions achetées « se trouvent dans des secteurs en croissance tels que la sécurité, le marketing et le commerce, qui constituent des segments stratégiques pour HCL ». Le groupe Indien prévoit de créer des offres “en tant que service”, en combinant les acquisitions avec ses produits existants. Ce qui représente « un potentiel énorme » selon le responsable, même si certains analystes font remarquer que les avantages de ces acquisitions sont amoindris par le fait qu’il existait déjà des partenariats informatiques pour 5 des 7 produits achetés. Ainsi depuis octobre 2017, HCL s’occupait ainsi du développement des produits Notes/Domino. Si Notes/Domino a vu sa base installée se réduire au fil des années face à Exchange et divers outils type Slack, reste que ces produits sont toujours utilisés dans de nombreux secteurs de l’entreprise, en particulier dans la région EMEA et Asie-Pacifique. Les entreprises ont déclaré que le marché potentiel de leurs produits atteignait 50 milliards de dollars.

HCL opère dans 43 pays et a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 8,2 milliards USD en 2018. Il propose des services de base dans les domaines des applications, de l’infrastructure, du BPO et des services d’ingénierie et de R & D, des offres intégrées de services numériques et analytiques, des services de cybersécurité et de gouvernance, risque et conformité. Un troisième axe de son activité consiste à créer des partenariats en propriétés intellectuelles.