Accueil Stratégie/Business HP : scission effective et interrogation sur les emplois

HP : scission effective et interrogation sur les emplois

Nouveau logo Hewlett Packard Enterprise
Le nouveau logo de Hewlett Packard Enterprise

La séparation en deux entités distinctes de HP  est officielle depuis le 2 novembre. Il est probable que cela aura un impact sur l’emploi.

Le géant américain HP prévoyait depuis des mois déjà la séparation du groupe en deux sociétés différentes à la bourse : HP Inc, pour les PC et systèmes d’impression, et HPE (Hewlett Packard Enterprise), pour les services et produits (serveurs, stockage, réseau) pour les entreprises. C’est officiel depuis hier. Ainsi séparées, les deux sociétés sont censées faire preuve de plus d’agilité et pouvoir saisir des opportunités de croissance. Dans un communiqué officiel, HP met particulièrement en avant la nouvelle entreprise HPE comme une « entreprise leader dans les domaines de l’infrastructure, de la sécurité, du Big Data et des solutions de travail collaboratif » qui s’affiche avec « un chiffre d’affaires de 53 milliards US$ ». A l’occasion de cette naissance, Meg Whitman, PDG de feu Hewlett Packard, et dorénavant PDG de Hewlett Packard Enterprise (HPE) et présidente du conseil d’administration d’HP Inc. a déclaré : « Les entreprises performantes dans le marché actuel seront celles qui sont capables de mettre la puissance de la technologie au service de la puissance des idées. La nouvelle Hewlett Packard Enterprise est conçue pour accélérer cette évolution au sein des entreprises. Hewlett Packard Enterprise a la vision, les ressources financières et la flexibilité pour aider ses clients à se développer tout en générant croissance et valeur à long terme pour nos actionnaires. »

Mais, au-delà de cette scission et de ces paroles d’avenir, la question qui reste en suspend sur toutes les lèvres est celle-ci : y aura-t-il un plan social, alors que depuis 2012 HP coupait dans ses effectifs pour engager des économies ? Hewlett-Packard a annoncé à la mi-août des résultats trimestriels qui ont déçu, avec un chiffre d’affaire en baisse de 8 % à 25,3 milliards de dollars et un bénéfice net en recul de 13 %. Des baisses expliquées à l’époque par un marché du PC en crise – HP a vendu 20 % de PC en moins –, un environnement macroéconomique difficile, un marché des imprimantes en recul (- 13 % de CA), tout comme la branche des services aux entreprises. On notait que les serveurs et le stockage de données étaient eux en progression (+ 2 % de CA).
En France, c’est Gérald Karsenti qui prend comme prévu la tête de l’entité Hewlett-Packard Entreprise. Le groupe représente environ 4 700 personnes à Grenoble, Les Ulis, Boulogne et Lyon-Villefontaine. Si le nouveau patron n’évoque pas à proprement parlé de licenciements – il parle négociations salariales non engagées, gestion prévisionnelle des emplois ou encore volontariat – les syndicats CGT et CFE-CGC évoquent la possibilité de licenciements dans la branche services.