Accueil Politique Grands projets informatiques : l’État joue la carte de la transparence

Grands projets informatiques : l’État joue la carte de la transparence

La direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’Etat, alias la DINSIC, publie aujourd’hui ses avis sur les projets informatiques de l’Etat.

Alors que tout projet de plus de 9 millions d’euros doit être soumis depuis 2014 au directeur de la direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’Etat, à l’heure actuelle Henri Verdier, cette dernière publie aujourd’hui l’ensemble des avis conformes qu’elle a rendu concernant les grands projets du système d’information de l’État. Chaque projet est évalué, « dans une volonté de transparence et d‘ouverture« , selon 5 axes : stratégie, finances, gouvernance, réalisation et planning. Les avis des projets classifiés ou ceux faisant actuellement l’objet d’un appel d’offre seront publiés dans un second temps, précise un communiqué.
« La publication de ces avis renouvelle nos engagements en faveur d’une action publique plus transparente et collaborative. C’est une priorité de notre gouvernement, une demande impérieuse des citoyens, et la seule réponse possible pour rendre le service public plus proche des usagers et ainsi renouveler notre démocratie grâce au numérique », dit Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargé du Numérique, cité dans le communiqué.

 

Chaque avis rendu est accompagné de recommandations spécifiant les axes d’amélioration à prendre en compte pour le bon déroulement du projet. Les projets Segur (regroupement sur un site unique des services du Premier ministre et diverses administrations), Rocade (gestion du recouvrement forcé des amendes), Portalis (dématérialisation des processus et des échanges avec le justiciable), Crocus (comptabilisation des dépenses et des recettes des services de l’Etat à l’étranger), PAS (prélèvement à la source de l’impôt sur les revenus) par exemple, sont ainsi listés sur le site de la modernisation de l’Etat.