Accueil Emploi « Former des profils hybrides, qui maîtrisent les ‘techs’ et le business », Célina...

« Former des profils hybrides, qui maîtrisent les ‘techs’ et le business », Célina Rocquet, Epitech Digital

Il manquait un pont entre les écoles de commerce et les écoles d’ingénieurs informatiques. Le groupe Ionis Education, est présent sur ces deux filières avec notamment l’Iseg d’une part et Epita et Epitech de l’autre. Il lance cette année Epitech Digital, qui formera à cette double compétence. Rencontre avec Célina Rocquet, directrice de cette nouvelle école.

Célina Rocquet a un profil atypique. Après des études scientifiques, en biologie moléculaire, et en marketing-communication, elle travaille dans des grands groupes (LVMH, Publicis, Sanofi etc) , puis comme consultante et formatrice avant de fonder 3 start-ups. Notamment Vimonjob , le « Airbnb du job » , une plate-forme permettant aux futurs employés de tester un métier, une entreprise au travers d’une immersion. Une forme de stage d’essai. Une belle idée, mais qui a dû s’arrêter, faute de succès suffisant de son modèle économique, regrette-telle.

Spécialisée dans l’innovation, le digital, l’écosystème des startups, et la formation, elle prend donc à bras le corps la direction de la nouvelle école.

Epitech Digital commence sur Paris, Bordeaux, Lyon, Nantes et Toulouse. Sa première promotion devrait s’élever au total à 300 élèves. Elle rejoint le pôle informatique et digital du groupe, fort de plus de 10 000 étudiants. L’école a rejoint le Campus Numérique et Créatif du groupe Ionis, avenue Parmentier, dans le 10ème arrondissement, aux côtés de l’ISEG Marketing Communication.

Les 2 piliers de la formation : Tech et Business

« Les technologies infusent tous les niveaux des organisations et les transforment: code, algorithmes, data, robotique, etc. Nous voulons former des profils hybrides, connaissant les techs et le business, incluant le juridique, pour faciliter les usages. Pendant les 5 années de formation, on aura toujours les 2 piliers que sont la tech et le business », explique Célina Rocquet.

Il est crucial selon elle de  faire de la prospective : « comment sera le monde en 2025, en 2030, quand nos étudiants seront sur le marché du travail ? » Pour les préparer au futur, elle a inclus dans les programmes le développement personnel et les « humanités » – « ce qui nous différencie des autres » – précise-t-elle : la prise en compte de la philosophie, de la psychologie, de l’éthique et des responsabilités. « Quand on travaille sur l’UX, l’UI, il faut avoir la compréhension des autres, l’empathie ».

Associer ‘Hard skills’ et ‘Soft Skills’

Elle insiste : il faut associer dans la formation les hard skills (la technologie) et les soft skills, ces dernières compétences (la manière d’être) étant sans doute les plus importantes. 

A quels métiers Epitech Digital forme-t-il ? CDO (Chief Digital Officer), bien sûr, mais aussi tous les jobs de responsables informatiques, de data analyste, de e-marketing et de transformation digitale.

Un management 100% féminin !  (Au centre, Celina Rocquet , responsable nationale.)

Alors que l’on déplore souvent le fait que les femmes soient en minorité dans la filière numérique, Epitech Digital donne l’exemple par le haut : les 5 campus qui sont lancés cette année seront dirigés par une équipe purement féminine.  Les directrices sont au nombre de 5, toutes issues de parcours hybrides et transverses mêlant business et digital, et à des fonctions de transformation de la société et des entreprises.