Le Digital transforme l'entreprise

Accueil Infra-Datacenter Fibre : Kosc, unique opérateur neutre du marché de gros, dans la...

Fibre : Kosc, unique opérateur neutre du marché de gros, dans la tourmente

Fibre optique

L’opérateur télécoms pour les entreprises Kosc s’est déclaré en cessation de paiements mardi. La question de fond, si jamais il devait disparaître, est celle d’une moindre concurrence sur le marché de gros des télécoms.

L’opérateur B2B est en difficultés financières, les caisses sont vides. Créé en 2015 avec le soutien des pouvoirs publics qui souhaitaient l’émergence d’un opérateur susceptible de briser le duopole Orange/SFR, l’opérateur avait ouvert en 2018 un marché de gros d’offres de fibre mutualisée permettant à six opérateurs de proposer aux entreprises des offres très haut débit basées sur ses liens fibre.

Unique opérateur neutre du marché de gros

Début octobre, la Délégation aux entreprises et le Groupe d’études sur le numérique du Sénat avait débuté une série d’auditions consacrées à la question : « Comment garantir un accès efficient des PME à des réseaux et services numériques ? »  Laurent Silvestri, président du CDRT, club d’affaires qui réunit les acteurs de la convergence informatique et télécoms, et dirigeant d’OpenIP, avait été auditionné par Elysabeth Lamure, sénateur du Rhône, présidente de la délégation aux entreprises afin de présenter l’écosystème numériques Français. Le dirigeant avait alors indiqué que l’écosystème des opérateurs de services numériques, qui sont les intermédiaires au service des PME, se disait particulièrement inquiet de l’évolution de la situation en cas de disparition de Kosc, unique opérateur neutre du marché de gros. « Les signaux d’alerte sont multiples et peuvent faire craindre d’un retour à une moindre concurrence sur le marché de gros des télécoms ». « Si les grandes entreprises sont prêtes à dépenser entre 500 et 1 000 euros par mois pour accéder à la fibre FTTO, il convient de mentionner qu’une PME est rarement disposée à dépenser plus de 100 euros par mois pour un accès à la fibre. » 

Un marché non suffisamment concurrentiel

« Pour l’heure, seuls 16 % des entreprises sont équipées en fibre optique. Il ne suffit pas que la fibre soit partout ; encore faut-il que l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur en bénéficient équitablement », avait rappelé Laurent Silvestri.
Kosc offre une qualité optimale et une industrialisation du service, ainsi qu’un accès à huit millions des onze ou douze millions de prises disponibles sur le réseau d’Orange. « Elle provoque un incontestable effet d’accélérateur sur notre développement. C’est une vraie solution à la transition numérique des entreprises à un prix qui reste acceptable. »
 » Si le modèle d’offreurs de gros non présents sur le marché de détail produit des résultats positifs pour les entreprises dans les RIP (réseaux d’initiative publique), sa reprise en zone d’initiative privée devrait pouvoir produire les mêmes effets. C’était l’objectif visé par Kosc lors de sa constitution […] pour faire bouger les lignes d’un marché considéré, y compris par le régulateur, comme non suffisamment concurrentiel », indiquaient en septembre dernier dans une tribune commune l’Avicca, qui fédère les collectivités françaises qui agissent pour l’aménagement numérique des territoires, le CDRT et InfraNum, qui regroupe plus de 200 entreprises représentatives de l’ensemble des métiers de la filière des Infrastructures du numérique.