Accueil Analytics Etude – 1 directeur financier sur 2 souhaite investir dans un portail...

Etude – 1 directeur financier sur 2 souhaite investir dans un portail dédié à la relation fournisseurs

Pour améliorer la qualité de la relation fournisseurs, un décideur sur deux souhaite investir à court terme dans un portail dédié, rapporte le dernier baromètre d’Itesoft réalisé en partenariat avec le cabinet de conseil Deloitte auprès de 137 directeurs financiers issus à 70% d’organisations de plus de 1000 salariés.

Avec un tel outil, les directions cherchent à réduire le temps passé par les équipes sur la gestion des litiges (51% des répondants), disposer d’un canal de communication privilégié avec les fournisseurs pour améliorer les échanges (dans 36% des cas), répondre aux requêtes fournisseurs quotidiennes (22%) et garantir la conformité réglementaire et l’obligation de vigilance en simplifiant l’intégration et la mise à jour de documents légaux dans le SI (18% des répondants).

« la mise en place d’un portail fournisseurs répond aux attentes des organisations qui recherchent une meilleure connaissance fournisseurs, une relation plus collaborative, une traçabilité des échanges, mais aussi des gains de productivité supplémentaires au-delà de la seule dématérialisation du processus P2P. Dématérialisation et portail fournisseurs fonctionnent en symbiose. Les décideurs l’ont compris : 84% des répondants qui souhaitent mettre en place un portail fournisseurs ont déjà mis en œuvre la dématérialisation du processus P2P ou souhaitent mettre en place les 2 projets de front », souligne dans un communiqué Eric Brétéché, product marketing manager d’Itesoft.

Dématérialisation du processus P2P et Dataviz 

Parmi les projets visés à court et moyen terme, la dématérialisation des processus P2P est plébiscitée, comme ce fut le cas dans les précédents baromètres produits par l’éditeur : 56% des répondants indiquent avoir déjà mis en œuvre cette dématérialisation dans leur entreprise et près d’un tiers ont l’intention de la mener rapidement afin de rendre les directions achats plus agiles.

Autre niveau d’avancée, la data visualisation a déjà été adoptée par 39% des personnes interrogées, notamment pour simplifier la création de KPI par les opérationnels et améliorer la qualité du pilotage métier. Plus encourageant encore, 34 % des entreprises qui n’ont pas encore franchi le pas comptent le faire à court ou moyen terme.

La Robotic Process Automation en complément

La RPA est elle aussi une ressource convoitée. Elle a déjà séduit 30% des directions financières et en attirerait 27% selon l’étude qui souligne par ailleurs que 55% des directions financières déclare subir « le poids de leur héritage SI », un chiffre pouvant expliquer cette appétence pour la RPA dont la vocation est précisément de permettre l’automatisation dans des environnements IT complexes et anciens. « Les directions financières souhaitent continuer à transformer et automatiser leurs processus. Pour cela, elles se montrent créatives et se tournent vers la RPA afin d’élargir les bénéfices de l’automatisation aux applications historiques souvent peu ouvertes. Pour autant, ce classement illustre une réalité : la RPA ne remplace pas un projet de digitalisation du processus P2P, elle vient en complément des investissements en matière de capture d’information omnicanal, de BPM / automatisation du processus P2P et d’outils de pilotage métier », analyse Eric Brétéché.