Accueil Expert Tribune – Le Chief Transformation Officer doit concevoir la vision numérique future...

Tribune – Le Chief Transformation Officer doit concevoir la vision numérique future de l’entreprise

Entre DSI et CTO, une voix doit incarner véritablement la mutation conduite en interne, et être capable de l’appliquer pour plus d’agilité et d’intelligence commerciales. C’est le CDxO. Une analyse que Daniel Crowe, vice-président France, Benelux & Southern Europe chez Netscout, adresse aux lecteurs de Solutions Numériques.

 

Daniel Crowe
Daniel Crowe, Netscout

L’évolution rapide des conditions du marché et les demandes des clients ont conduit les entreprises à adopter de nouvelles approches numériques plus rapides et flexibles. Plus que jamais l’objectif est de favoriser l’engagement des clients et la croissance des entreprises. Dans ce contexte, aujourd’hui environ huit décideurs sur dix considèrent la transformation digitale (DX) comme un impératif majeur pour leurs organisations. De fait, les dépenses moyennes consacrées à son adoption devraient passer de 29 % en 2017 à 34 % en 2020[1].

La transformation numérique est, par nature, perturbante. Elle peut conduire à des changements organisationnels et opérationnels affectant les modèles économiques, les relations avec les clients et les attentes des partenaires d’une entreprise. De plus, le fait que la vision des objectifs et de la logistique du programme transformationnel puisse différer au niveau de la direction aggrave un peu plus la situation.

Faciliter l’adoption de la DX

Ainsi, les DSI auront tendance à se concentrer sur les services informatiques et leur prestation à court terme. Ils se tourneront donc vers le Cloud pour améliorer leurs capacités. Les CTO, directeurs techniques, se tourneront davantage sur l’utilisation de technologies transformatrices pour promouvoir une initiative spécifique, comme par exemple le développement d’applications Cloud natives pour accélérer le canal de distribution indépendamment de l’informatique.

Devant la divergence des responsabilités et perspectives différentes, la clarté du programme de transformation digitale en pâtit. Sur la majorité des organisations ayant mis en place une stratégie de transformation numérique formalisée, juste une fraction d’entre elles en a examiné tous les aspects, jusqu’au déploiement complet[2]. De plus, seulement un quart a déclaré être en mesure de récolter les bénéfices de leur transformation. Ce besoin de leadership transparent est latent : 93 % des décideurs ont rencontré des
difficultés commerciales lors de la mise en place de mesures de transformation.

Avec plusieurs acteurs différents exprimant simultanément leurs revendications concernant la transformation numérique de leur organisation, l’essence même de la stratégie risque d’être dispersée. Il est donc nécessaire qu’une voix incarne véritablement la mutation conduite en interne, et soit capable de l’appliquer pour plus d’agilité et d’intelligence commerciales afin d’exécuter plus efficacement la stratégie d’entreprise existante, voire concevoir une nouvelle stratégie agressive pour bouleverser le marché.

L’avènement du CdxO

Le responsable de la transformation numérique nouvelle génération, ou CDxO, doit être capable de livrer clairement et avec succès une vision qui peut différer radicalement de tout ce à quoi les dirigeants étaient habitués. En effet, la majorité d’entre eux ont l’habitude de se concentrer sur les résultats nets à court terme et l’efficacité opérationnelle de leur organisation. Le CDxO a la charge de mener une analyse commerciale, en tenant compte des opportunités de marché actuelles et nouvelles, afin de développer un plan stratégique visant à renforcer la stratégie originale établie par l’équipe dirigeante.

La capacité du CDxO à communiquer et à exécuter cette vision est donc bien plus importante que ses compétences techniques. A cette maîtrise s’ajoutent la nécessité de disposer de certaines capacités d’influence, un sens aigu des affaires ainsi qu’une maîtrise de la résolution des conflits. Les outils d’aujourd’hui tels que le Cloud, l’analyse de données de masse, l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique, l’orchestration, l’automatisation et l’IoT combinés à l’edge ou au fog computing sont un support pour l’aider à concrétiser la vision transformationnelle de l’entreprise.

Le dirigeant joue son rôle de décisionnaire dans la définition des contours de ce nouveau profil interne que représente le CDxO. Dans le cadre des responsabilités lui incombant, il devra s’assurer que ce responsable de la transformation numérique d’un nouveau genre reçoive le soutien nécessaire (matériel, financier, ressources, etc.) à l’exécution de sa mission. De la même manière, les obstacles à la transformation devront, dans la mesure du possible, être évacués.

Dans la continuité de cette collaboration avec la direction, le CDxO devra établir un plan comprenant des étapes clés telles que la création d’un plan stratégique, la constitution d’une équipe de transformation numérique inter-fonctionnelle avec des experts dans les domaines du conseil, l’analyse des activités et la formulation de recommandations. Une fois ce dernier établi, ces stratèges devront travailler conjointement pour évaluer le succès de leur vision conjointe et s’assurer de son efficacité, notamment via la formulation de résultats clairs pouvant être analysés et mesurés.

Une stratégie de transformation numérique réussie dépend de la combinaison entre un modèle économique gagnant, des technologies innovantes et efficaces, un traitement optimal des données intelligentes et surtout d’une expérience client enrichissante. De nouveaux paramètres doivent donc être développés pour suivre les progrès de la transformation, reflétant l’impact de l’informatique sur les performances de l’entreprise, son efficacité opérationnelle et la satisfaction de ses clients.

Aujourd’hui, si le dirigeant fournit une orientation initiale pour la transformation de l’organisation et s’associe à sa mise en œuvre, c’est bien désormais le CDxO qui en concevra la vision numérique future. Dans ce contexte, une visibilité physique de l’ensemble du parc informatique est donc primordial. Car c’est uniquement grâce à cette vue complète des réseaux qu’une stratégie reposant sur des services et des processus sécuritaires forts pourra être mise en place. Ainsi préparées, les organisations seront alors en mesure d’exécuter leurs propres plans de transformation numérique de manière efficace et d’innover en toute confiance. Le CDxO s’affirme désormais comme un allié de choix dans la performance d’entreprise.

 

[1] Source : Assuring the Enterprise in the Digital Era

[2] Source : https://www.information-age.com/wide-gap-digital-strategy-execution-global-level-123469471/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here