Accueil Témoignages Témoignage – Welcome to the Jungle est passé à la semaine de...

Témoignage – Welcome to the Jungle est passé à la semaine de travail de 4 jours : les clés de sa réussite

A la fois plateforme de recrutement, créateur de solutions d’épanouissement professionnel et média dédié au monde du travail, la société a adopté la semaine de 4 jours en novembre 2019 à l’issue d’un test de cinq mois auprès de 86 de ses employés. Avec maintien des salaires.

« A la fin du test, nous sommes arrivés à la conclusion qu’on pouvait tout à fait travailler 4 jours au lieu de 5 avec le même niveau de productivité et que ce rythme de travail avait un impact significatif sur l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle de nos équipes et sur l’estime de soi », relate Jérémy Clédat, fondateur de l’entreprise, qui emploie plus de 150 personnes avec des bureaux à Paris, Barcelone, Prague et Bratislava.

Jérémy Clédat

« Aujourd’hui, de nombreuses sociétés nous demandent comment nous avons procédé, quel est notre retour d’expérience et comment faire en sorte qu’elles puissent se l’appliquer. Une de nos missions est de tester de nouvelles méthodes de travail et de les partager pour que les entreprises s’en emparent », ajoute-t-il. Une charte signée par les représentants du personnel visant à accompagner au mieux les salariés est venue apposer un cadre à cette nouvelle organisation du travail.

Les premiers résultats plutôt négatifs, puis la tendance s’inverse

L’entreprise a fait appel à plusieurs acteurs pour l’aider à mener à bien ce chantier d’envergure, dont le cabinet de conseil Fabernovel et un groupe de recherche dirigé par une équipe de neuroscientifiques. Ils se sont particulièrement intéressés à la dimension psychologique de l’expérience : niveau de stress, qualité de vie, estime de soi. Une aide d’autant plus précieuse que les résultats du premier mois se sont avérés plutôt négatifs, avec une baisse de 20 % enregistrée sur la performance globale, tendance qui s’est ensuite renversée pour atteindre un indice de performance à un niveau supérieur à la semaine de 5 jours.

Le rôle clé du manager 

Au cours des premières semaines, fixer les dates et ordres du jour des réunions s’est avéré fastidieux. Le choix du jour non travaillé a donc été limité au mercredi ou vendredi, ce qui a permis de fluidifier la gestion des missions de chacun, la communication et la planification des projets. La réduction du nombre de réunions s’est mise en place naturellement, les journées de travail se sont intensifiées avec des pauses raccourcies souvent de moitié. À la fin du test, les salariés déclaraient consacrer en moyenne 1 heure 30 au travail durant leur jour chômé, sans toutefois exprimer de mécontentement.

Au niveau qualité de vie, ce changement a notamment bénéficié au bien-être des salariés et à une meilleure harmonie entre vie personnelle et vie professionnelle. Si le niveau de stress a augmenté, les salariés se sont dits plus aptes à le gérer, dans un contexte professionnel dont il leur semblait avoir une meilleure maîtrise. La satisfaction au travail est restée stable tandis que le niveau de satisfaction dite « familiale » a grimpé. 

Côté performance, la réduction du temps de travail de 20 % ne s’est pas accompagnée d’une baisse équivalente de la performance. Le rôle des managers a été primordial : ils ont joué un rôle clé dans la réorganisation du temps de travail, et la coordination au sein de chaque équipe, notamment pour le partage des informations. Enfin, concernant la productivité, si les collaborateurs ont d’abord fait part d’une certaine difficulté à s’adapter au nouveau rythme, leur motivation était toutefois bien présente et tous ont œuvré pour en maintenir leur niveau de productivité.

Des comportements plus opérationnels

Une telle réorganisation n’était cependant pas sans risques et Welcome to the Jungle en a mis plusieurs en lumière. A l’issue des premières semaines de test, l’entreprise a observé l’émergence de comportements plus opérationnels, tournés vers de plus courtes échéances. Des missions comme la prospection, la veille éditoriale ou la supervision de la qualité des développements produits, pourtant en prise directe avec la performance de l’entreprise, semblaient avoir été écartées. L’analyse des questionnaires qualitatifs réalisée par Fabernovel a montré que, lorsque le temps leur était compté, les équipes privilégiaient les tâches urgentes, donc opérationnelles. Un constat plus vrai encore pour les équipes soumises à des objectifs quantitatifs.

Selon Welcome to the Jungle, bien que relativement prévisible, ce type d’approche focalisée sur le court terme et potentiellement nuisible sur le long terme, peut être contrebalancée par la mise en place de solutions adaptées.

Camille Fauran

« Cela peut passer par des créations de postes, estime Camille Fauran, sa directrice générale. C’est également au manager, qui doit absolument incarner et construire la vision sur son activité et la stratégie associée, d’y remédier », soutient-elle. Par ailleurs, du côté des profils à dominante créative, il est apparu que priver par la compression de sa semaine de travail un collaborateur des temps habituellement dédiés à la recherche d’inspiration présentait le risque d’un désintérêt progressif pour le poste. Plus largement, la performance de l’entreprise dans sa globalité est menacée, la qualité de la production étant le corollaire de temps dédié à une réflexion profonde et une recherche d’inspiration. « Fort de ce constat, il est impératif de repositionner les sujets de veille et de moments inspirationnels dans ces équipes, déclare Camille Fauran. Cela peut se faire par des personnes dont c’est la responsabilité et l’organisation de moments d’équipe dédiés à des thématiques plus inspirationnelles. Encore une fois le manager a un rôle clé sur ces sujets ».

 

Auteur : Patricia Dreidemy

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here