Accueil Emploi Plan de relance numérique du gouvernement : les emplois durables seront créés...

Plan de relance numérique du gouvernement : les emplois durables seront créés par les startups, selon France Digitale

Alors que le secrétaire d’Etat à la transition numérique Cédric O vient d’annoncer que le nouveau plan de relance à 100 Md€ du gouvernement bénéficie également à l’industrie du numérique, avec un investissement de 3,7 Md€ sur deux ans, France Digitale, la plus grande association de startups en Europe, invite le gouvernement à renforcer les mesures envisagées.

France Digitale a salué ce matin la volonté du gouvernement de poser la souveraineté technologique comme axe prioritaire du Plan France Relance (lire notre article Le gouvernement investit 3,7 Md€ dans la filière du Numérique), et de prolonger les mesures prises pendant le confinement . Elle a indiqué : « Les mesures d’urgence, telles que le Prêt Garanti par l’Etat et l’accès à l’activité partielle (…) ont permis de protéger l’écosystème des startups des effets de la crise et de sauvegarder leur capacité à recruter : en plein confinement, plus de 300 startups ont publié près de 3 000 offres d’emplois dans toute la France« .
Le prolongement de ces mesures dans le Plan de relance est « une bonne nouvelle », assure-t-elle : « les startups sont les premiers créateurs nets d’emplois en 2019. Les startups en France emploient à 94 % en CDI, non délocalisables, et 60 % des startups sont créées hors de Paris. Elles sont une partie de la solution. »

Renforcer le plan de relance selon 3 axes

L’association invite cependant le gouvernement à renforcer ce plan de relance. Elle décline trois axes forts : la commande publique, la sobriété numérique, le leadership européen. L’organisation envisage une politique inédite en matière de commande publique, visant à attribuer « au moins 50% des marchés publics technologiques aux entreprises européennes ». Il est en effet « crucial » que « les entreprises françaises et européennes obtiennent les clients qui leur permettent de développer leur offre« , soutient-elle.
Elle souhaite aussi encourager la sobriété numérique, à travers des « solutions simples », à  « impact significatif« . L’association demande ainsi l’instauration d’une “TVA seconde vie” à 5,5% pour l’acquisition et la réparation d’objets électroniques reconditionnés, « favorisant l’économie circulaire et la création d’emplois locaux« .
Enfin, elle demande que soient accentués les efforts « sur les marchés stratégiques » : si l’association se réjouit du déploiement d’une stratégie ambitieuse en matière d’IA, de quantique, de cyber et de e-santé, elle invite « le gouvernement à amplifier cet effort pour positionner la France comme leader européen. »

Ces propositions ont été présentées en juin dernier dans son rapport Alt.ernatives.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here