Accueil Un partenariat technologique au service de l’entrepreneuriat social et de l’humanitaire

Un partenariat technologique au service de l’entrepreneuriat social et de l’humanitaire

Mécénat

Avec ShareIT, InTech et EBRC mettent le digital au service de l’entrepreneuriat social. Ils soutiennent aussi WWoW, le projet de Céline Bardet visant à « faire reconnaître le viol comme arme de guerre ».

« Innover grâce au numérique
pour répondre à des enjeux de société. »

A travers ShareIT, incubateur digital dédié aux sociétés à vocation sociale, InTech et EBRC ont accompagné WWoW

– We Are Not Weapons of War – dans la mise en œuvre d’une solution récoltant des signalements d’actes de violences sexuelles en contexte de guerre. L’alliance des deux sociétés spécialisées dans le digital permet de garantir la confidentialité, l’intégrité et la protection de ces données sensibles, utiles dans la poursuite judiciaire de ces pratiques odieuses.

Une appli sur mesure, une plateforme sécurisée

En intégrant ShareIT, le projet WWoW, initié par Céline Bardet, a voulu explorer les possibilités offertes par les technologies numériques pour mieux lutter contre les violences sexuelles utilisées comme arme de guerre. « Pour cela, il faut pouvoir recueillir les signalements, garantir l’intégrité des témoignages et des preuves dans le temps, tout en protégeant les témoins et victimes », commente Nicolas Sanitas, Manager Innovation & Développement chez InTech, partenaire technologique du projet au même titre qu’EBRC. « Nous avons conçu une application qui permet de déclarer les cas de violences sexuelles dans les conflits, de recueillir des signalements de victimes ou de témoins, poursuit Nicolas Sanitas. L’enjeu est ensuite de garantir l’intégrité des témoignages et des preuves recueillis, tout en protégeant ceux qui ont eu le courage de témoigner. Leur vie, souvent, en dépend. »

Les deux partenaires ont allié leurs compétences pour mettre en place une solution efficiente. A travers une plateforme développée par InTech, les témoins ou victimes de ces actes barbares peuvent les signaler de manière sécurisée. La plateforme est opérée au sein des Data Centres d’EBRC au Luxembourg, acteur européen engagé dans la protection et la gestion de l’information sensible. L’objectif est de garantir à la fois la protection des données transmises et l’intégrité des documents reçus, afin de s’assurer qu’ils soient recevables devant un tribunal, et ce même si le procès devait intervenir plusieurs années après les événements.

« L’alliance entre les deux partenaires a permis la mise en œuvre d’une plateforme flexible. »

Yves Reding, EBRC

InTech, en outre, a eu recours à la blockchain pour offrir une sécurité supplémentaire garantissant la non-répudiation des témoignages dans le cadre d’un procès. « EBRC apporte toute son expertise en protection de l’information sensible, déclare Yves Reding, CEO d’EBRC. Ici la vie de personnes se trouvant dans des situations potentiellement dangereuses à travers le monde en dépend. L’espoir d’une réparation pour les victimes est directement lié à la préservation de ces informations. »

Dans le cadre de ce projet, envisagé en mode start-up, l’alliance entre les deux partenaires a permis la mise en œuvre d’une plateforme flexible facilitant le déploiement par InTech des outils applicatifs au sein de l’environnement extrêmement sécurisé d’EBRC. Les deux acteurs ont eu recours à cette fin à la technologie de Clever Cloud permettant une mise en production continue.

Fabrice Croiseaux, InTech

A travers ShareIT et le projet développé au service de WWoW, InTech et EBRC démontrent que l’on peut innover grâce au numérique pour répondre à des enjeux de société. « Dans une version prochaine, l’application devrait intégrer des outils d’intelligence artificielle dont l’objectif sera d’améliorer l’analyse des signalements et leur classification, procédures aujourd’hui réalisées manuellement. Avec ces améliorations, on devrait être aussi en mesure de détecter plus rapidement des problématiques d’ampleur pour mieux envisager des actions et interventions », assure Fabrice Croiseaux, CEO de InTech. « Ce projet est la preuve que l’écosystème d’acteurs digitaux fédérés autour de ShareIT peut créer une vraie valeur ajoutée. Nous pouvons en somme servir une cause mondiale essentielle au moyen de la technologie », conclut Yves Reding.