Accueil Emploi Achat de Gemalto : le patron d’Atos veut intégrer tous les salariés

Achat de Gemalto : le patron d’Atos veut intégrer tous les salariés

Thierry Breton, PDG du groupe informatique Atos, qui a lancé une offre sur Gemalto, envisage d’intégrer l’ensemble des 15 000 salariés du spécialiste des cartes à puce en cas de succès de l’opération, a-t-il indiqué ce mardi 12 décembre.

« On saura intégrer tout le monde, on a besoin d’acquérir des compétences et il est difficile de les garder« , dans le secteur des technologies de l’information, a expliqué le dirigeant. Les salariés de Gemalto, « ce sont 15 000 individus que l’on veut garder », a renchéri Thierry Breton en rappelant que les précédentes acquisitions par Atos de Bull et d’une filiale de Siemens n’avaient pas débouché sur des plans sociaux.
Gemalto, dans une passe difficile, a annoncé fin novembre la suppression de 288 emplois, soit près de 10% de ses effectifs en France. Deux à trois cents salariés de Gemalto se sont rassemblés mardi matin à La Ciotat (Bouches-du-Rhône) devant l’un des trois sites de production du groupe, pour dénoncer ce plan social annoncé juste avant l’offre d’acquisition présentée le 28 novembre.

Atos a rendu publique lundi soir son offre d’achat de 4,3 milliards d’euros sur Gemalto afin de créer « un leader mondial en cybersécurité, technologies et services numériques« . Prenant acte dans un communiqué de l’offre de rachat « non sollicitée et conditionnelle » d’Atos, Gemalto a indiqué mardi qu’il prendrait position d’ici le 15 décembre. L’offre d’Atos est « très amicale mais très déterminée » a souligné Thierry Breton. Il a laissé entendre que le groupe, qui a six semaines pour déposer une offre formelle d’acquisition, ne renoncerait pas à ses projets en cas de refus de la direction de Gemalto. L’OPA deviendrait alors inamicale.

 

Auteur : La Rédaction avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here