Accueil Applications Edition de logiciels : + 8,3 % du chiffre d’affaires, selon le...

Edition de logiciels : + 8,3 % du chiffre d’affaires, selon le Truffle 100 Europe

Truffle Capital a annoncé la dixième édition du « Truffle 100 Europe », l’observatoire de référence des 100 premières sociétés de logiciels en Europe, qui marque la reprise d’une bonne croissance du chiffre d’affaires en hausse de 8,3 % à 62,2 Md€.

Dans son édition précédente, le Truffle 100 Europe avait mis en exergue la zone de turbulences touchant l’industrie de l’édition de logiciels, et la nécessité de s’adapter à une nouvelle conjoncture moins favorable et nécessitant de profondes mutations pour s’adapter à la transition des activités. On notait alors un degré de risque élevé avec une situation de surinvestissement, et une baisse des taux de croissance.

Pour 2014 le Truffle 100 Europe marque une bonne reprise de la croissance avec un chiffre d’affaires total à 62,2 Md€, en hausse de 8,3% par rapport à 2013 (+2,7% en 2013). Les éditeurs de logiciels français représentent 12,2%  du chiffre d’affaires total du Truffle 100 avec 22 éditeurs (contre 11,9% avec 21 éditeurs en 2013) et se rapprochent de la deuxième marche du classement. Ils sont précédés par les éditeurs allemands toujours en tête (49,8% avec 17 sociétés), et talonnent le Royaume-Uni en deuxième position (12,4% avec 19 sociétés).

Le palmarès des leaders européens reste inchangé : SAP reste en tête suivi de Dassault Systèmes en deuxième position, puis de Sage et Hexagon respectivement en troisième et quatrième position.

truffle100

Alors que les ventes de logiciels sont en augmentation 6% à 44,419 Md€, les chiffres confirment également une concentration du chiffre d’affaires sur le Top 25 (en hausse de 2 points à 77%), ainsi que le désengagement des marchés financiers déjà souligné l’année précédente. On notera également toujours un engagement fort en faveur de l’innovation et de la R&D, avec un investissement total stable à 7 Md€.

L’avènement du Cloud computing

Forts de 44 milliards d’euros de chiffre d’affaires global, 67 000 emplois dans la R&D, 5,2 % de croissance et 7 milliards d’euros investis dans la recherche, les éditeurs de logiciels sont devenus une composante majeure de l’économie européenne, ainsi que sa principale source d’innovation. Alors que des changements de paradigmes importants se profilent à l’horizon, principalement dus à la mobilité, l’avènement du Cloud computing et l’arrivée sur le marché de nouvelles applications, ces entreprises connaissent actuellement des mutations tout autant difficiles que passionnantes. Une nouvelle page de l’histoire de l’industrie est sur le point de s’ouvrir et, eu égard à sa capacité de résilience et sa faculté d’adaptation – que nous n’avons eu de cesse de souligner année après année dans le Truffle 100 – nous avons des raisons de nous montrer optimistes », commente Bernard-Louis Roques, directeur général et co-fondateur de Truffle Capital. Bo Lykkegaard d’IDC renchérit : « Aujourd’hui, de nombreux éditeurs de logiciels européens sont des entreprises hybrides et combinent une branche logicielle traditionnelle, caractérisée par de faibles taux de croissance, et une branche Cloud computing, plus réduite, mais bénéficiant de taux de croissance généralement élevés. Leur succès dépendra de leur capacité à gérer cette transition vers le Cloud computing sans provoquer un effondrement des ventes de licences traditionnelles »,

Laurent Calot, le patron du CXP, partage cette analyse : «  Les éditeurs ont compris que  c’est dans les infrastructures  cloud et les applicatifs SaaS que se trouve aujourd’hui la plus forte dynamique du marché (avec des croissances entre 30 et 40%) et révisent  leur business model  pour asseoir leur développement sur un chiffre d’affaires récurrent. Enfin, éditeurs, intégrateurs, sociétés de services et courtiers du cloud travaillent à apporter aux logiciels une dimension « service » à forte valeur ajoutée et orientée métier: celle qui fera la différence, dopera la compétitivité des entreprises et accélérera leur modernisation ».

Juliette Paoli