Accueil DSN DSN : le risque d’une migration tardive

DSN : le risque d’une migration tardive

Déclaration sociale nominative : les entreprises n’ont pas de sentiment d’urgence selon Sage, qui s’en inquiète.

Les résultats de l’étude Sage France ainsi que les témoignages clients, comme KG Industrie et les Mutuelles de France Réseau Santé (MFRS), montrent que la migration et l’autonomie dans la déclaration DSN prend en moyenne entre un et trois mois. Ainsi, la date butoir approchant, Sage France a déjà accompagné des milliers d’entreprises dans leur transition DSN. Toutefois, comme le souligne Antoine Hermet, directeur du projet DSN « le sentiment d’urgence n’y est pas, or le compte à rebours a déjà commencé ! » qui ajoute : « La formation est nécessaire pour lever les incertitudes, les blocages et obstacles rencontrés ou imaginés, par les entrepreneurs et gestionnaires de paie. Un accompagnement sur mesure est la possibilité de s’entraîner à l’outil  et donc une condition essentielle pour passer à la DSN avec sérénité et facilité. »

La DSN mobilise en effet tous les acteurs puisqu’une transition réussie nécessite l’accompagnement et les conseils des éditeurs tout autant que des échanges avec les organismes publics.

La migration DSN de janvier 2016 comporte 3 enjeux :

  • La qualité de la DADS-U 2015, transmises en temps et en heure
  • La qualité de la migration DSN et le premier test
  • La capacité et les ressources humaines à mener de front les 2 sujets

Le mois de janvier 2016 est donc doublement important pour les entreprises françaises, puisque elles pourront profiter de la dynamique créée par la DADS-U pour tester le projet DSN.

Depuis 2009, Sage est très engagé sur le chantier des déclarations sociales avec le module Sage DS de Sage Paie et RH. A travers son dispositif DSN, l’éditeur a l’ambition « de faciliter la transition vers la DSN des entreprises françaises en leur permettant d’anticiper les obligations légales grâce à des solutions simples, fiables et ergonomiques et avec l’appui de ses revendeurs, présents en région« .

A ce jour, près d’une entreprise sur quatre ayant adopté la DSN sous l’égide du GIP-MDS est équipée de logiciels Sage.