Accueil DRH Les salariés maltraités à ce point chez Amazon ? « Je quitterais...

Les salariés maltraités à ce point chez Amazon ? « Je quitterais une telle entreprise » indique Jeff Bezos le patron

Les salariés martyrisés chez Amazon ? Un article du New York Times met à mal l’entreprise de Jeff Bezos, le patron du géant du e-commerce, qui s’est fendu d’un mémo que The Verge s’est procuré, pour expliquer à ses salariés qu’il ne reconnaissait pas l’entreprise dans cette enquête. Traitements sans empathie pour les salariés confrontés à des difficultés personnelles, maladie par exemple, ou encore mise en concurrence entre les employés poussés à bout… les journalistes du New York Times ont recueillis des témoignages d’actuels et d’anciens salariés qui sont très loin d’être tendres envers Amazon… Pour Jeff Bezos, ils ne décrivent pas « l’Amazon que je connais » et sa « tolérance pour le manque d’empathie est au niveau zéro », invitant ses employés à lui rapporter les pratiques choquantes qui pourraient avoir lieu dans l’entreprise.

Des avis contrastés

Certes, il apparaît que l’on travaille beaucoup chez Amazon, si l’on en croit l’avis d’un internaute français anonyme laissé sur le site Glassdoor, une place de marché dédiée à l’emploi et à la carrière et qui permet de noter et de laisser un avis sur l’entreprise pour laquelle on travaille ou postule. Il explique avoir passé un entretien chez Amazon.fr à Saran (près d’Orléans) en mai 2015 pour un poste d’area manager : « Comme la plupart des postes chez Amazon, on m’a expliqué qu’il fallait travailler entre 45 et 50 heures par semaine, ce qui ne m’aurait pas dérangé si le salaire et les avantage étaient à la hauteur… Il fallait également faire le trois-huit et être présent pendant les périodes de pointe, à savoir la plupart des fêtes importantes… J’ai contacté un de mes anciens camarades de classe qui travaille chez Amazon afin de savoir si au moins l’ambiance était bonne au sein de la société. Sa réponse a confirmé pourquoi Amazon a une si mauvaise réputation en matière de traitement des employés et de rémunération. Finalement, j’ai poliment décliné l’offre. » Un salarié à plein temps qui travaille à Seattle en tant que program manager indique de son côté sur le site que « les horaires de travail sont très flexibles », ce qui est perçu comme un avantage de son côté, que l’ambiance est très bonne et décontractée « à la façon d’une start-up »… Si Amazon est loin d’obtenir la note maximum d’évaluation (3,4 sur 5 étoiles) sur le site de Glassdoor, 63 % des internautes recommandent la société et 82 % approuvent la stratégie du PDG. On y trouve plus de 5000 avis sur la société…

Juliette Paoli