Accueil E-commerce Crise sanitaire : quels e-commerçants tirent leur épingle du jeu ?

Crise sanitaire : quels e-commerçants tirent leur épingle du jeu ?

Dès les premiers jours de confinement, l’e-commerce qui concerne l’alimentaire, les produits de grande consommation, les loisirs culturels, le sport à domicile et la presse ont vu leur activité croître en France. Aux Etats-Unis, Amazon doit embaucher massivement pour répondre à la forte hausse de la demande.

Le e-commerce, qui a franchi dans l’Hexagone le cap des 100 milliards d’euros en 2019 selon la Fevad, organisation représentative du e-commerce et premier réseau de e-commerçants en France avec 600 membres, devrait voir son chiffre d’affaires fortement augmenter avec le confinement de la population française.
Sans surprise, Marc Lolivier, directeur général de la Fevad, interrogé par nos confrères de Ecommercemag.fr, note une hausse des secteurs de l’alimentaire et des produits de grande consommation. Si les images de files d’attente aux supermarchés ont été très médiatisées, les livraisons à domicile ont bondi, comme le montre l’étude Nielsen sur la semaine du 9 au 15 mars, de 90% par rapport à la semaine précédente.

Les autres secteurs qui tirent leur épingle du jeu sont le sport à domicile et les loisirs culturels, y compris – une fois n’est pas coutume – les abonnements presse. « L’information jouera un rôle essentiel, aussi, contre le virus », a déclaré le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Sans grande surprise, le tourisme et le textile sont en berne. Les fabricants-vendeurs poursuivent leur activité tant qu’ils ont des matières premières et sont particulièrement vigilants quant au réapprovisionnement. Les achats culturels devraient continuer leur progression, pour contrer l’ennui au bout de plusieurs jours de confinement.

Amazon embauche face à la hausse de la demande

Au niveau international, Amazon est sans conteste une valeur refuge pour les consommateurs qui ont confiance dans la qualité de service du géant américain. Il met en avant son service « Prime » pour être livré plus rapidement en ces temps où les délais sont allongés, et pour profiter de ses service culturels (musique, vidéo et livres numériques).

Le 16 mars, le géant de l’e-commerce américain au modèle unique a annoncé embaucher 100 000 personnes à temps plein ou partiel aux Etats-Unis rien que pour faire face à la hausse « significative » de la demande. Il va également augmenter, pour le mois d’avril, ses salariés à travers le monde, (hausse du taux horaire de deux euros en Europe) ce qui représente une hausse de la masse salariale de 350 millions de dollars (328 millions d’euros).

 

 

Auteur : Christine Calais