Accueil ERP Convention USF – Un peu de philosophie dans un monde de technologie

Convention USF – Un peu de philosophie dans un monde de technologie

Convention USF 2018
Les exposants de la Convention USF 2018, à Lyon

La Convention de l’USF, l’association des utilisateurs francophones de SAP, s’est terminée hier au palais des congrès de Lyon. Au menu : des exposants, des ateliers et des conférences. Raphaël Enthoven a mis dans ce monde de la technologie son grain de sel philosophique. 

L’événement de référence de l’écosystème SAP en France s’est déroulé cette année à Lyon. Organisé par l’USF qui rassemble 450 entreprises et quelques 3300 individus, il a donné lieu à de « l’échange« , de « l’inspiration« , et du « partage d’expérience » comme a pu le dire Gianmaria Perancin, le nouveau président de l’USF, lors de l’ouverture. Le comptage provisoire le 11 octobre à 14h 30 était de 1 550 visiteurs uniques, « ce qui est remarquable pour un événement de l’USF, a souligné Gianmaria Perancin en privé, notre record pour l’instant« . Interrogé sur les raisons d’un tel succès, Gianmaria Perancin nous l’explique par le fait que la Convention USF est bien devenue « l’événement incontournable des utilisateurs SAP » et que Lyon est « un bassin industriel très important« . 86 exposants se sont déplacés cette année – 16 ayant dû être refusés par « manque de place« , a-t-il précisé.
Au menu du premier jour, Claude Molly-Mitton, ancien président de l’USF, qui a parlé de « la dictature de la e-réputation », et Brian Duffy, le nouveau président EMEA du Nord chez SAP, qui a rappelé l’importance de l’implication de SAP en France : « La France est la place où il faut être en ce moment », a-t-il insisté, évoquant en particulier les partenariats, toute formes confondues, y compris les rachats, avec des startups.

Brian Duffy
Brian Duffy sur scène, qui venait pour la première fois en France

Juste après cette intervention, Raphaël Enthoven s’est attaqué à « l’innovation » : il a essayé d’en donner une définition, arrivant à la conclusion qu’il était plus juste de parler de renouvellement. Citant Charles Baudelaire, et sa recherche de la nouveauté liée à l’ennui, Marcel Proust et son invention « littéraire » du photophone dans « A la recherche du temps perdu », évoquant Fleming et la découverte de la pénicilline liée à une observation, le philosophe a démontré que l’innovation était l’exploitation d’un passé. A ses yeux, il n’y pas de « rupture ». Il faudra attendre que les robots aiment, ou que l’on trouve le secret de la vie éternelle…

Raphaël Enthoven
Raphaël Enthoven donnant un cours de philosophie sur l’innovation devant une salle comble.