Accueil Point de vue Algorithmes malveillants et incidents en cascades perturberont les milieux de la finance...

Algorithmes malveillants et incidents en cascades perturberont les milieux de la finance en 2012

En cette fin d'année, les prédictions concernant l'avenir, et l'année 2012 plus spécifiquement vont bon train. De plus en plus d'entreprises se livrent à cet exercice. Aujourd'hui, c'est l'éditeur Progress Software qui prédit qu'un algorithme malveillant pourrait bien provoquer une perte de plus d'un milliard de dollars au sein d'une institution financière en 2012.

Dr. John Bates, directeur technique de Progress Software, explique : « Même si les institutions financières ont renforcé les processus à risque afin d'empêcher toute fraude humaine, en particulier après le scandale qui a secoué UBS cette année, elles ne sont toujours pas en mesure d'assurer une surveillance adéquate de leurs transactions algorithmiques. Il suffit qu'un algorithme malveillant pénètre le système et ce sera la catastrophe ».

Les perspectives 2012 de Progress Software prévoient que les régulations trop zélées empêcheront le trading haute fréquence (THF) de se développer. John Bates fait la remarque suivante : « Les sociétés de services financiers n'étant pas proactives dans la gestion du risque et la prévention des problèmes tels que les erreurs de frappe et les crash éclair, les organismes de régulation iront trop loin et tenteront d'étrangler le THF ».

Prévisions de Progress Software pour le secteur des marchés financiers en 2012 :

1. La gaffe à un milliard de dollars. Au moins une institution financière pourrait bien perdre un milliard de dollars (voire plus) en cas de déchaînement d'un algorithme malveillant. Cet algorithme entrera dans une boucle infinie, de manière irréversible et incontrôlable. Les pertes avoisineraient celles générées par les traders malveillants, que les banques et les institutions financières s'efforceront d'empêcher l'année prochaine.

2. Mouvement « Occupons Wall Street ». Le public, le gouvernement et les organismes de régulation se joindront au mouvement « Occupons Wall Street », un soulèvement populaire sans précédent contre l'élite financière et le capitalisme débridé. En dépit d'une très forte pression du secteur financier, les organismes de régulation américains et européens seront paniqués par la désapprobation du THF de la part des investisseurs et politiques, et appliqueront alors des règlements et contrôles draconiens.

3. Incidents en cascade générés par les plates-formes de swaps. Les plates-formes d'exécution des swaps révolutionneront le trading des produits dérivés OTC en permettant leur négociation par voie électronique. Cela entraînera un risque accru de d’incidents des swaps actifs qui déconcertera les organismes de régulation, maîtrisant peu le fonctionnement de ces marchés.

4. Une régulation mondiale difficile. Les pays prendront enfin conscience que l'harmonisation régulatrice est une bonne chose, contrairement à l'intérêt individuel. Les banques et les sociétés de services financiers réaliseront qu'elles doivent penser comme des organismes de régulation, et ainsi prendre en charge la surveillance interne et la conformité avant que les organismes de régulation ne le les obligent à le faire.

5. Un groupe RIC (Russie-Inde-Chine) plus performant. Le groupe RIC du BRIC (Brésil-Russie-Inde-Chine) bénéficie d'un routage intelligent des ordres et est fin prêt pour une augmentation du trading algorithmique. Ceci, associé à des régulations plus souples, commencera à attirer des arbitragistes régulateurs ainsi que des évadés de la règle Volcker.

6. L'Est sauvage. La suprématie de l'Ouest sur les marchés financiers déclinera encore davantage, car de nouvelles régulations de trading (règle Volcker aux Etats-Unis et MiFID en Europe) génèreront une explosion de l'arbitrage régulateur, en favorisant les zones géographiques moins fortement régulées telles que la Russie et la Chine. Wall Street et la City de Londres perdront en conséquence du capital humain et financier.

7. Terrorisme financier. Une destination boursière ou de trading sera piratée par des terroristes financiers résolus à manipuler les marchés à des fins politiques. Cela contraindra lesplaces boursières et les ECN (Electronic Communication Network) à ajouter des fonctionnalités plus strictes de surveillance et de pilotage des marchés.

8. La tête dans les nuages. La croissance exponentielle du trading boursier étranger et des plates-formes d'exécution des swaps indique que les sociétés participantes auront besoin de solutions hébergées complexes. Même le plus petit courtier de change a besoin de services de consolidation et de tarification nécessitant une technologie relativement lourde. Les plates-formes de swaps présentent de nouveaux défis, car ces marchés attirent les algorithmes douteux et requièrent donc une surveillance accrue.

9. Crime et châtiment. Les organismes de régulation punissent sévèrement la fraude financière et la manipulation des marchés, et ils prendront de gros poissons dans leurs filets en 2012. Les poursuites et sanctions augmenteront de manière significative en termes de nombre et d'impact.

Progress Software souligne que ces prédictions pour 2011 se sont avérées perspicaces : le THF et le trading algorithmique se sont fortement développés au Brésil, en Chine et en Inde ; les algorithmes sont devenus plus sophistiqués, et certains ont même commencé à s'auto-instruire. En outre, les banques hébergent des trading desks propriétaires, qui ont poussé comme des champignons à l'instar des nouvelles sociétés ou fonds d'investissement ailleurs, en prévision de la règle Volcker.

John Bates conclut : « Même si l'avenir nous promet davantage de scandales de fraude, la bonne nouvelle est que les sociétés financières et les organismes de régulation prennent très au sérieux l'harmonisation régulatrice. Nous disposerons bientôt d'un ensemble global de règles qui rendront obligatoires la surveillance et le pilotage des marchés, et empêcheront ainsi la fraude et les crashs éclair de manière proactive ».

Frédéric Mazué