Accueil Green IT ADDITEAM se lance dans le Green Code

ADDITEAM se lance dans le Green Code

Le Groupe ADDITEAM, l’une des rares SSII indépendantes en France, se lance un défit de recherche, en développant son projet CEE « Code Energétiquement Efficient ».

ADDITEAM souligne que le succès que rencontre le green IT depuis une dizaine d’années, vient de la nécessité de réduire l'empreinte écologique, économique et sociale des TIC (Technologies de l'information et de la communication), mais aussi de la prise de conscience des nuisances qu’apportent les équipements informatiques. Entre la réduction de la consommation d'énergie et le recyclage des matières, le Green IT offre déjà plusieurs solutions comme les datacenter optimisé, la virtualisation, un matériel moins énergivore, la dématérialisation des documents ou encore le papier et cartouches recyclés. Mais Additeam souhaite aller plus loin encore dans l’innovation.

Dans ce sens, un groupe de travail se penche actuellement sur le « Green code » avec pour objectif de décrire des principes de code « vert ». En d’autres termes, de guider le développement des programmes avec un seul objectif : l’efficience énergétique du code.

En effet, l’expérience des équipes d’Additeam a permis de constater un lien étroit entre la performance des systèmes et leur consommation énergétique, mais également de mettre en lumière que certains guides de bonnes pratiques de conception et d’architecture « design pattern » peuvent avoir un résultat inverse. Certains ingénieurs ont décidé de se pencher sur la problématique de fond, celle d’un code performant qui optimiserait l’appel aux différents composants auquel fait appel une application (Processeur, mémoire, disque dur, carte graphique, ressources distantes, réseau,…). Autrement dit, un code énergétiquement optimisé.

Cela se traduit actuellement par un travail de recherche important. L’équipe projet rédige des « Green technical pattern » et « Green code pattern » qui détermineront au niveau des langages (Java, C#), la bonne manière de développer un code énergétiquement optimisé. A ce référentiel de bonne pratique, s’ajoutera à terme un logiciel de type gestionnaire de qualité de code implantable dans une chaine de développement, ayant pour but de relever au fil du développement les non qualités énergétiques potentielles d’un code.

« A l’heure de la préservation des ressources naturelles, nous explorons une nouvelle voie, celle d’un code informatique à faible empreinte énergétique ! » Précise David Massa, un des ingénieurs du groupe de Recherche d’Additeam.

Frédéric Mazué