Accueil ERP Accès indirects facturés et audits de licence SAP : l’USF très critique

Accès indirects facturés et audits de licence SAP : l’USF très critique

Logo USF
Logo USF

Evénement de référence de l’ensemble de l’écosystème SAP francophone, l’édition 2015 de la Convention USF a réuni à Lyon, les 7 et 8 octobre derniers, 1 394 visiteurs uniques, ainsi que 90 partenaires exposants autour de 7 conférences plénières et 68 ateliers de retours d’expérience clients. Cette édition a été l’occasion pour l’association des utilisateurs francophones de solutions SAP d’interpeler l’éditeur d’ERP sur ses audits de licence et ses accès indirects payants.

L’USF s’interroge sur les audits de licence réalisés par SAP… « Si nous ne contestons nullement la légitimité de l’éditeur de mener des audits de licence, force est de constater que l’usage qui en est fait aujourd’hui s’assimile de plus en plus souvent à un outil de pure pression commerciale qui dessert in fine SAP. Ces pratiques doivent absolument changer afin de pouvoir laisser place à un travail sur la pédagogie et sur le processus de l’audit » a déclaré Claude Molly‑Mitton, président de l’USF.

SAP doit repenser son mode de licences

Claude Molly‑Mitton est aussi revenu sur les accès indirects facturés par SAP à ses clients et auxquels l’USF consacre une Note de Perspectives. « La question des accès indirects SAP inquiète au plus haut point les utilisateurs. Cette inquiétude ne va faire que s’accroître avec le développement des objets connectés. Dans cette Note de Perspectives, nous récusons toute légitimité d’accès indirects tels que SAP les applique de fait et de façon souvent subreptice. SAP n’aura pas le choix que de repenser son mode de licences, et c’est le moment pour l’éditeur de revoir sa position sur le sujet. Sans cela, SAP va indubitablement perdre des clients et du potentiel de chiffre d’affaires », assure-t-il.

>>> Cliquez ici pour lire l’interview de Claude MollyMitton : AVIS D’EXPERT – Claude Molly-Mitton, président de l’USF

« D’un côté, SAP est confronté au challenge de la transformation digitale et est en phase de mutation. De l’autre, les utilisateurs font face à des pressions croissantes en termes de ROI des ERP et ne veulent pas être oubliés par SAP sur l’autel de cette transformation digitale. Nous prenons donc acte des réponses apportées, à l’occasion de la Convention USF, par Marc Genevois qui vient d’être nommé directeur général de SAP France et ne doutons pas que nous pourrons faire avancer ces différents sujets dans le cadre d’un dialogue et d’échanges tout à la fois francs et cordiaux, comme c’est déjà le cas aujourd’hui » conclut Claude Molly-Mitton.