Accueil Non classé 71 % des DSI ont pour objectif de maîtriser et piloter leurs...

71 % des DSI ont pour objectif de maîtriser et piloter leurs coûts

Le pilotage de la performance économique est au cœur des préoccupations des DSI, à l’heure où les directions générales et métiers lui demandent toujours plus de services tout en cherchant à restreindre ses coûts. En 2016, 71% des DSI ont pour objectif de maîtriser et piloter leurs coûts, indique une étude PWC.

Etude PWC
Etude PWC – Evolution du budget annuel

A 71 %, les DSI interrogées par l’étude considèrent que la maîtrise et le pilotage des coûts est le premier objectif stratégique de leur département. Après une augmentation des dépenses informatiques au cours des 3 dernières années, la majorité des DSI présentent des intentions budgétaires à la baisse. Près de 3 DSI sur 4 affirment avoir mis en place un plan de réduction des coûts.

Etude PWC
Etude PWC – Leviers de maîtrise des coûts

La stratégie de maîtrise des coûts peut varier d’une DSI à une autre, mais l’étude note des leviers communs comme l’optimisation du sourcing, le recours à des solutions plus innovantes et la standardisation / l’automatisation des services et des processus IT.

L’optimisation des achats de prestations et de services informatiques est le premier levier de réduction des coûts : 95 % des répondants du panel affirment avoir activé ou initié le levier d’optimisation du sourcing. Certaines DSI choisissent de mettre en place des partenariats avec le département Achats de  l’entreprise, d’autres DSI optent en revanche pour la création d’une équipe Achat au sein même de la DSI.

Le second levier le plus partagé par les DSI interrogés est celui de l’évolution du modèle économique via la mise en place de solutions innovantes : plus de 75 % des répondants ont déjà déployé des solutions type SaaS, Cloud ou virtualisation de serveurs.

D’après Gilbert Grenié, associé responsable des activités de conseil aux DSI chez PwC : « Le SaaS (Software as a Service) et la virtualisation sont les deux solutions qui sont plébiscitées par les DSI, car elles y voient des moyens d’alléger leurs investissements en applications d’une part et leurs coûts d’infrastructures d’autre part. Le Cloud privé commence également à voir le jour au sein des grands groupes qui accèdent ainsi à des solutions de mutualisation d’infrastructures et qui en tirent des gains de coûts. En revanche, plusieurs DSI indiquent ne pas utiliser le Byod, principalement pour des raisons de sécurité et de confidentialité. »

Progresser au niveau du pilotage des coûts de services

Aujourd’hui, la majorité des DSI ne calcule que les coûts des ressources, voire des activités. En se penchant sur les axes d’analyse des coûts utilisés par les DSI du panel PwC, on observe que la nature comptable, l’entité organisationnelle et les activités sont des axes utilisés par 75% des répondants, tandis que les axes services et clients sont les moins utilisés (respectivement 62% et 58%).

Etude PWC
Etude PWC – les coûts de la DSI

Selon les experts de PwC, les DSI doivent désormais adopter un modèle de mesure des coûts de services. Celui-ci présente de nombreux avantages, tels qu’une plus grande transparence, une communication plus fluide entre les métiers, la direction générale et la DSI, une maîtrise des coûts unitaires, ou encore un suivi de la productivité de la DSI. De plus, il permet de faire entrer la DSI dans une logique de performance et de maîtrise des leviers de réduction des coûts. « La diffusion de la culture financière est un préalable à une plus grande maîtrise des coûts. Désormais chaque DSI et chef de projet informatique doit avoir une double casquette, celle de responsable informatique mais aussi de gestionnaire des coûts. C’est pourquoi il doit travailler main dans la main avec les équipes de contrôle de gestion, qui doivent quant à elles faire l’effort de sortir de leur tour d’ivoire pour accompagner les équipes informatiques dans le pilotage des coûts », estime Gilbert Grenié.

D’un modèle de financement par allocation vers un modèle de financement à l’usage

L’étude de PwC révèle deux modèles de financement distincts qui peuvent parfois coexister au sein des organisations : dans près d’un tiers des DSI interrogées, ces deux modèles coexistent dans un même groupe.
Dans le modèle d’allocation, chaque entité cliente de la DSI finance une partie du budget de la clef d’allocation définie de manière arbitraire, en se basant sur des indicateurs comme le chiffre d’affaires ou la masse salariale. Plus de la moitié des DSI du panel sont financées sur ce modèle, soit en définissant un budget global, soit en réallouant ses coûts via des clefs de répartition.
Avec le modèle de refacturation à l’usage, les métiers décident du budget informatique en consommant les services informatiques mis à leur disposition, et donc de ce qu’ils considèrent comme étant créateur de valeur, c’est à la DSI de s’adapter pour répondre aux besoins de ses clients. Ce modèle concerne seulement 18 % des DSI interrogées, mais est en plein essor.

Etude PWC
Etude PWC -Modèle de financement

« La facturation à l’usage permet de sensibiliser les clients à leur consommation de services et ainsi d’influer sur les usages, par exemple en privilégiant les solutions standardisées, ce qui doit permettre de mieux maîtriser les coûts. Selon une DSI que nous avons interrogé, la refacturation téléphonique directe aux métiers lui a permis de faire baisser ses factures de 40 %. », explique Gilbert Grenié. Reste que ce modèle nécessite « une forte préparation avec des processus matures et industrialisés », soutient-il. Et de conseiller de rester sur des clefs d’allocation si la taille de la DSI n’est pas critique ou si les dépenses en sont pas conséquentes.

 

L’étude complète est disponible ici

 

Juliette Paoli