Accueil Applications 1/3 des pionniers de la disruption réalisent 50 % de leurs recettes...

1/3 des pionniers de la disruption réalisent 50 % de leurs recettes grâce au numérique

Un rapport de CA Technologies – Harvard Business Review, qui ont interrogé 250 hauts responsables informatiques et dirigeants d’entreprise, identifie les mesures spécifiques prises ou envisagées par les entreprises pour être plus efficaces face à la concurrence.  Elle fournit également des clés pour comprendre à quel point les modèles économiques doivent se transformer pour saisir les opportunités offertes par l’économie des applications.

« Les avancées technologiques et les bouleversements que celles-ci entraînent dans l’ensemble des secteurs, rendent notre époque absolument passionnante pour un spécialiste en informatique », affirme Otto Berkes, Chief Technology Officer de CA Technologies. « Les entreprises disposées et capables d’agir avec rapidité et agilité disposent d’énormes opportunités afin de transformer la nature de leur activité et de triompher dans l’économie des applications. »

2/3 pensent que l’avenir de leur entreprise dépend de la qualité de leurs logiciels

Près de 44% des personnes interrogées s’attendent à ce que leur secteur d’activité subisse un bouleversement numérique majeur au cours des trois prochaines années, et plus d’un cinquième d’entre elles (22 %) déclarent qu’un tel phénomène est déjà en cours.  Une grande majorité des sondés (58 %) prévoit que leur modèle économique sera « radicalement » différent d’ici trois ans.  Conscients du caractère global et du rythme de cette évolution, environ deux tiers (66 %) seraient d’avis que l’avenir de leur entreprise dépend de la qualité de leurs logiciels.

 

Clients et concurrents font les bouleversements

Si de nombreux éléments peuvent entraîner des bouleversements, les modifications dans le comportement et dans les attentes des clients sont les facteurs les plus fréquemment cités par les participants à l’enquête (46 %). Le deuxième facteur le plus souvent invoqué (à 25 %) est l’arrivée de nouveaux concurrents qui changent la donne, ce qui souligne l’importance d’identifier constamment les nouvelles tendances et de s’y adapter rapidement afin de ne pas être dépassé. 53 % des sondés indiquent que leur entreprise investit déjà ou projette d’investir dans une technologie de pointe afin de concevoir des produits ou des services numériques plus rapidement. « Il ne fait aucun doute que la clé pour construire quelque chose de grand réside dans la capacité à itérer rapidement, c’est-à-dire récolter en permanence les avis des clients et s’améliorer continuellement », explique Otto Berkes, Chief Technology Officer de CA Technologies.  « Sans un développement en continu et rapide, peu importe la qualité de votre première version d’une solution/application.  C’est toute l’idée derrière le concept de “livraison continue” (ou continuous delivery) et derrière la philosophie de gestion agile ».

CA1

50 % des recettes grâce au numérique pour 1/3 des leaders

Les leaders, ceux qui se décrivent comme des adeptes avancés de la gestion agile, possèdent un avantage significatif en matière de rapidité d’exécution.  Plus de deux tiers d’entre eux (68 %) affirment développer rapidement de nouvelles fonctionnalités technologiques.  L’ensemble des dirigeants interrogés partagent la conviction que leur offre numérique devance celle de leurs concurrents, et un tiers d’entre eux (33 %) confient générer plus de 50 % de leurs recettes grâce au numérique.

Les priorités en matière d’investissement numérique

La deuxième mesure plus importante prise ou envisagée par les sondés à l’enquête (42 %) consiste à améliorer les processus métier en lien avec le client en accordant la priorité au numérique. Parmi les autres priorités des personnes interrogées figurent la création d’une excellente expérience client numérique (42 %), puis la transformation des principaux processus métier (34 %) et des méthodes de travail des employés (31 %). Il est intéressant d’observer que les nouveaux produits et services numériques ne sont une priorité d’investissement que pour 24 % des sondés.

CA2

Les risques informatiques, une vraie préoccupation

Quasiment la moitié des sondés (45 %) confie être très préoccupée par les risques informatiques, notamment par les fuites de données potentielles, les problèmes de conformité et les litiges pouvant survenir en conséquence de la transition numérique de leur entreprise.

 

Ils sont à peu près aussi nombreux (49 %) à penser que de meilleurs outils technologiques devraient être mis au point sur l’ensemble du secteur afin de renforcer la sécurité informatique, tandis qu’un peu plus d’un tiers (35 %) estiment que leur entreprise devrait investir pour sécuriser davantage l’infrastructure informatique de leur organisation.

CA4

 

Juliette Paoli