En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 03/07/2017
    Cloud Week 2017

    La Cloud Week 2017 se déroule du 3 au 7 juillet 2017 dans différents lieux…

    en détail En détail...
  • 26/06/2017
    OW2con’17

    OW2 anime une communauté open source mondiale dédiée à l'essor de logiciels libres et un…

    en détail En détail...
Appels d'offres en cours
  • Création d'un site vitrine pour une association
    <800 €
    > En savoir plus
  • Site Vitrine Internet avec téléchargement de documents
    <2000 €
    > En savoir plus
  • Logiciel MES (Manufacturing Execution System) pour une société de plus d'un siècle
    A déterminer €
    > En savoir plus
Celge_leaderboard

Seule la sécurité justifie le logiciel espion

GlobalK_Cloud_pave

Le droit d’intégrer un logiciel espion dans son propre système informatique devient un délit, selon la Cour de cassation, si ce logiciel n’est pas utilisé à des fins de sécurité ou de bon fonctionnement de l’installation.
Avoir le droit d’installer et exploiter un logiciel qui enregistrerait l’activité des postes du réseau, ajoute la Cour, n’autorise pas à prendre connaissance des messages, des codes ou mots de passe des autres utilisateurs.
Ces principes valent même entre époux, car le principe selon lequel il n’y a pas de vol entre époux ne peut pas être transposé à la violation des correspondances.
Un mari en instance de divorce avait secrètement installé un logiciel qui enregistrait toute l’activité des claviers des ordinateurs de l’entreprise gérée avec sa femme. Il avait ainsi recueilli tous les mots de passe et toutes les conversations des messageries de son épouse. Il soutenait que l’installation d’un tel système lui était permise, comme dirigeant de la société, et qu’il était par ailleurs permis de se constituer des preuves pour les besoins de sa défense en justice, lors de son divorce. Les juges lui ont donné tort.
Même si la loi ne prévoit pas de restrictions au droit d’installer un logiciel, l’exploitation de ce logiciel à des fins étrangères au contrôle du bon fonctionnement de l’entreprise caractérise le délit d’accès ou de maintien frauduleux dans un système de traitement automatique de données, ont-ils dit. Enfin, les nécessités des droits de la défense en justice ne sont pas un justificatif.

(Cass. Crim, 10.5.2017, F 16-82.846).

 

Auteur : AFP

Notez cet article

Laisser un commentaire

L’alternative à Google et Gmail ?

BlueMind, la messagerie collaborative, innovante & made in France, sort sa version 3.5

Plus d'info

Sondage

Attaques cyber: les DSI prennent-elles trop de temps pour mettre en place les mises à jour Windows ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • Apple attaque Qualcomm l'accusant de surfacturer des milliards de dollars sur des licences de brevets

    Apple a porté de nouvelles attaques contre le fournisseur informatique Qualcomm, l'accusant de faire payer…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Avis d'expert - Accélérer l’adoption de la technologie grâce à l’assurance de service

    Daniel Crowe, Directeur Régional France et Europe du Sud de NETSCOUT explique aux lecteurs de Solutions…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • D'ici à 2025, 163 zettaoctets (Zo) de données seront créés, dont 60 % par les entreprises

    IDC prévoit que la création de données va s’amplifier pour atteindre un total de 163…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement
GlobalK_Cloud_Skycraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
GlobalK_Nutanix_skycraper