Informatique

Top 250 des éditeurs de logiciels français: et les gagnants sont…

Edition de logiciels française : la filière reste extrêmement dynamique et innovante en France malgré des difficultés de recrutement qui continuent de l’impacter. Le dernier Top 250 des éditeurs de logiciels français édité par Syntec Numérique et EY le montre. 

« Cette année encore, le secteur de l’édition de logiciels s’illustre par son dynamisme. La croissance enregistrée en 2018 sur le panel de notre panorama, bien que plus modérée que l’année précédente, positionne la filière parmi les plus performantes, capable de faire émerger des pépites rivalisant sur la scène internationale et de réaliser des levées de fonds significatives. Preuve en est, l’indice Next40, récemment publié, référence plus d’un tiers d’éditeurs de logiciels », a indiqué Jean-Christophe Pernet, associé EY en charge de l’étude, alors que Syntec Numérique et EY présentaient hier soir les résultats de cette neuvième édition.

Un CA de 16 milliards d’euros, +10 % par rapport à l’année précédente

Le chiffre d’affaires réalisé en 2018 par l’ensemble des éditeurs inclus dans le panorama, ils déapssent les 300 en réalité, atteint 16 milliards d’euros, contre un peu moins de 15 milliards dans l’édition précédente (avec 341 entreprises listées). La croissance est toujours là, même si elle ralentit. Mais ce sont les champions nationaux qui font moins bien : le Top 10 du classement réalise une croissance de 5 % en 2018 par rapport à 2017, tandis que ces mêmes acteurs parvenaient à croître de 14 % sur la période 2016-2017. Hors de ce Top,  la croissance 2017-2018 atteint 18 %, en hausse par rapport à 2016-2017. Les éditeurs sectoriels restent les plus grands contributeurs du secteur en nombre d’éditeurs et en chiffre d’affaires, cependant leur croissance s’élève à 20 % sur les deux dernières années, alors que celle-ci était de
28 % sur les années 2015-1017. A contrario, les éditeurs horizontaux enregistrent une
croissance très soutenue, de 24 % entre 2016 et 2018. Cet embellissement de la croissance s’explique par le développement important des 10 plus grands éditeurs
horizontaux, qui enregistrent 18 % de croissance en moyenne et représentent plus de 50 % du chiffre d’affaires de la catégorie. « Les croissances sur deux ans du chiffre d’affaires édition de Talend (+55 %) et Cegid (+59 %) sont particulièrement remarquables« , notent Syntec et EY. -> Retrouvez les tableaux des lauréats en fin d’article.

Il faut noter que la part du chiffre d’affaires réalisé hors de France est de 54 %, une proportion proche de celle de l’année dernière. Une stabilité qui est principalement liée « à une moindre performance d’une partie de nos champions nationaux », ont noté les rapporteurs de l’étude. Les éditeurs attaquent surtout la zone EMEA, les zones Amérique et Asie-Pacifique étant en léger retrait par rapport à 2017. 

 

Le SaaS et le Cloud toujours moteurs

Les éditeurs français continuent leur transition vers le modèle Software as a Service et sont toujours plus nombreux (49 %) à le placer au top de leurs priorités technologiques. Indifféremment de la taille des sociétés, le chiffre d’affaires SaaS représente aujourd’hui 37 % de l’activité de l’édition française, contre 32 % en 2017, à mettre en rapport avec les 17 % de 2014. Une tendance de fond qui s’illustre principalement par la domination actuelle et à venir de l’abonnement parmi les modes de contractualisation.

L’accélération du chiffre d’affaires SaaS/Services Internet est plus marquée chez les éditeurs d’envergure.

Les éditeurs interrogés investissent fortement en R&D, et cette tendance s’accentue depuis deux ans. 14 % du chiffre d’affaires généré par le secteur est investi en recherche et développement contre seulement 10 % il y a deux ans. Chez les pure players, cette part monte à 18 %. Pour autant, les effectifs associés stagnent et représentent 17,7% des salariés sur l’ensemble du panel – 33% chez les pure players.

Le Top des éditeurs de logiciels français