Accueil GRAND PRIX : IN Groupe - De l’identité physique à l’identité numérique

GRAND PRIX : IN Groupe – De l’identité physique à l’identité numérique

Quel plus bel exemple de transformation numérique que celle de l’Imprimerie Nationale ? Fondée par François 1er il y a 500 ans pour publier les édits royaux, devenue l’Imprimerie Royale sous Richelieu, son contrôle par l’Etat lui permettait de garantir l’exactitude des textes promulgués. Le logo de l’entreprise est toujours la salamandre, emblème de François 1er, que l’on retrouve omniprésent dans les Châteaux de Chambord ou Fontainebleau. Aujourd’hui, 35 millions de passeports biométriques sont en circulation dans le monde, produits par IN Groupe, le nouveau nom depuis 2018.

 

Dès l’origine, l’entreprise a la double caractéristique que l’on retrouve aujourd’hui : régalienne et garante de l’identité des citoyens. Son ADN est la souveraineté numérique.

Le batiment de Douai

Et pourtant, elle revient de loin : le début du siècle a été difficile, représenté par 10 ans de pertes et un plan social. Car l’Imprimerie Nationale dépendait encore fortement du papier, en fort déclin. L’annuaire téléphonique, progressivement « tué » par le minitel puis Internet a été imprimé jusqu’en 2002 par l’entreprise. Les formulaires Cerfa et l’essentiel de la documentation publique, sont concurrencés par les formulaires en ligne : 7 millions de déclarations d’impôts sortent de ses presses en 2018, contre 64 millions en 2009 (1) !

De l’encre à la puce

Mais l’entreprise a pris le virage du numérique, et affiche la résilience de son emblème, la salamandre, dont la légende raconte qu’elle survit au feu.

Son président, Didier Trutt, nommé en 2009, décide alors d’un plan de reconquête, « Odyssée 2020 », avec l’objectif de doubler le chiffre d’affaires de 2013 (164 millions d’euros). Tout laisse à penser que cet objectif sera largement dépassé. IN Groupe affiche les succès, l’internationalisation, la croissance et les acquisitions. Le groupe pèse 314 millions de chiffre d’affaires en 2018, avec une croissance annuelle moyenne de 9 % et emploie 1000 salariés.

L’entreprise, de droit privé – mais dont le capital est détenu à 100 % par l’Agence des participations de l’Etat, dépendant de Bercy – a le monopole de l’impression des cartes nationales d’identité, des passeports français, et des permis de conduire, qui sortent des presses de ses 4 sites de production. 7,5 millions de passeports ont été produits en 2018, contre 6 millions en 2017. Le groupe a pris une dimension internationale, partenaire de 8 gouvernements et commercialisant ses solutions dans 77 pays

L’authentification personnelle, physique et numérique

Le secret de cette embellie, de ses succès à l’international, c’est le virage technologique, avec la capacité d’associer l’impression papier, la gestion des données numériques et l’électronique.

Un virage se produit en 2014 quand l’Imprimerie Nationale rachète la majorité des parts de Smart Packaging Solutions (SPS) une PME spécialiste des puces sans contact pour cartes bancaires, mais également pour les documents officiels comme les passeports. Cette filiale est aujourd’hui un leader mondial des technologies de cartes à puce duales et sans contact, et un fournisseur majeur d’inlays de haute technologie pour les passeports électroniques. Elle a livré plus de 500 millions de ses plateformes. La première carte d’identité nationale a en être équipée est celle du Maroc, depuis 2007.

Le site de production SPS-IN Groupe situé à Rousset a actuellement une capacité de production de 440 millions de micromodules par an. Ceux-ci sont utilisés dans la fabrication des cartes bancaires sans contact et dans les titres d’identité (passeports et cartes d’identité).

Cette technologie 100 % française a fait l’objet de brevets et de certifications Visa et Mastercard et qui permet d’augmenter la durée de vie des cartes bancaires. Unique fabricant au monde de cette technologie, SPS-IN Groupe fournit les fabricants de cartes bancaires et de titres d’identité dans plus de 70 pays sur tous les continents.

En 2016 le groupe lance la datapage en polycarbonate, qui inaugure une nouvelle génération de documents augmentés, s’accompagnant de services numériques.

Une forte accélération se produit en 2017 avec l’acquisition de ID Thalès, l’activité de gestion des identités de ce groupe, qui « consolide notre position d’acteur-clé sur le marché de l’identité et de la sécurité en proposant une offre désormais globale : composants, produits, services numériques et systèmes » avait affirmé Didier Trutt.

Créer le champion français des composants sécurisés

Coup sur coup, IN Groupe vient d’acquérir 2 entreprises qui vont renforcer sa position : en décembre 2019 l’acquisition de la société Surys, « référence mondiale dans les solutions optiques de sécurité, leader français sur le marché de la sécurisation des documents et la traçabilité et pionnier de l’authentification opto-digitale ».

Surys dispose de la plus grande base de documents d’identité au monde. Ses solutions sont adoptées par plus de 130 pays (passeports de la France, du Brésil ou encore de la Chine, billets de banque aux Philippines), ses composants sont présents dans un passeport sur deux dans le monde.

Un pôle de composants sécurisés devrait réunir Surys et SPS-IN Groupe, avec la mission de sécuriser les titres d’identité, les cartes bancaires et les billets de banque.

Une nouvelle acquisition entre en vigueur en février 2020 : celle de Nexus. Ses solutions permettent la gestion du cycle de vie complet des identités physiques et numériques, pour les personnes et les objets (notamment les véhicules autonomes) : plateforme PKI (Public Key Infrastructure), CMS (Card Management System), applications d’identité mobiles et de bureau (middleware) et passerelle d’accès numérique. Avec cette acquisition, IN Groupe réaffirme son ambition stratégique : devenir un acteur de référence de l’identité et des services numériques sécurisés en Europe.

Reconnaissance faciale

Le métier de IN Groupe, on l’a compris, est de garantir l’identité globale : physique et numérique, en maîtrisant la chaîne globale. Ainsi, dans les aéroports de Lyon, Marseille ou Nice, votre passeport fabriqué par IN Group à la main, vous franchirez un portique de passage aux frontières (PARAFE) qui vous identifiera, grâce à vos empreintes digitales ou par reconnaissance faciale au travers du dispositif développé conjointement par IN Groupe et Gunnebo. La reconnaissance faciale est déployée dans les PARAFE des aéroports de Lyon et Nice. Elle permet aux voyageurs, en possession d’un passeport biométrique de réduire leur temps de passage lors des contrôles aux frontières. Le dispositif permet de multiplier par 5 la rapidité des contrôles.

Dispositifs PARAFE à reconnaissance faciale

Eurotunnel, qui fait transiter plus de onze millions de passagers chaque année entre Coquelles et Folkestone, poursuit activement sa préparation au Brexit. Un contrat vient d’être signé en février pour installer des portiques Parafe, avec la reconnaissance faciale d’IN Groupe sur Eurotunnel, des deux côtés de la Manche.

L’identité professionnelle, des services aux entreprises

Hors de la sphère publique, IN Groupe propose aux entreprises des services. Depuis 2011, l’entreprise propose des services de dématérialisation, d’archivage et de courriers personnalisés (50 millions en 2018). La plateforme Pass’IN Entreprises, basée sur une carte d’entreprise à puce, avec des fonctionnalités de badges d’identification, d’accès aux locaux, d’accès au système informatique, aux imprimantes.

2021 : la prochaine carte d’identité biométrique

C’est IN Groupe qui produira, en août 2021 la nouvelle CNI, la carte nationale d’identité au standard européen, de la taille d’une carte de crédit. Elle comportera une photographie et deux empreintes digitales du titulaire de la carte, stockées à un format numérique dans une puce électronique lisible sans contact.

Passeport biométrique Nautilus avec datapage polycarbonate

Les autorisations et décisions sont en attente pour proposer une seconde puce, permettant à l’utilisateur la signature électronique, le dialogue avec son smarphone et sur des bornes dans les bâtiments publics.

Elle serait compatible avec l’application ALICEM (pour « authentification en ligne certifiée sur mobile ») authentifiant l’utilisateur grâce à la reconnaissance faciale, lors de son inscription initiale, et donnant accès à l’ensemble des services partenaires de FranceConnect, le dispositif de l’État qui facilite l’accès aux services en ligne.

La mission d’IN Groupe, à une époque où la cybersécurité devient une priorité et où chacun peut craindre une usurpation de son identité, est de donner à chaque citoyen « le Droit d’être Soi »

 

Dispositifs PARAFE à reconnaissance faciale Aéroport de Nice

 

Jean Kaminsky