Accueil EDITO N° 19

EDITO N° 19

RGPD,
entre enfer et paradis

 

A deux mois de la prise en compte officielle du règlement européen, la majorité de nos lecteurs, selon notre enquête en ligne se sont pas prêts. Nous leur offrons dans ce numéro un dossier d’informations pratiques.

Il faut également lancer un cri d’alarme.

La nouvelle réglementation représente incontestablement un casse-tête pour les grandes entreprises et administrations qui disposent d’équipes en charge du juridique et de la conformité. Mais que dire des PME, des professions libérales ou des indépendants qui, pour la grande majorité d’entre eux, à quelques semaines de l’échéance de mai 2018, non seulement ne sont pas préparés mais ne comprennent que très partiellement ce qu’ils devraient mettre en place ?

En effet, chacun dispose de données personnelles, même le petit fleuriste qui gèrerait un blog avec 57 abonnés, et les 2 fiches de paie de ses employés, ou le petit patron d’une entreprise de plomberie qui n’aime s’encombrer ni de sujets juridiques ni informatiques. Or il faut cette double compétence pour maîtriser le RGPD !

Des centaines de milliers de ces indépendants et petites entreprises savent (peut-être) qu’ils encourent des sanctions, mais pour la majorité d’entre eux n’ont même pas lu les textes. Et ceux-ci sont longs et abscons pour un non-spécialiste. La cartographie des traitements, La création et la tenue du registre de ces traitements, la gestion des contrôles d’accès, sans compter ces termes barbares d’anonymisation des données, ne peuvent que les laisser perplexes et démunis. Pour d’autres sujets un peu techniques comme la comptabilité, les entrepreneurs font appel à des comptables, mais dans ce domaine tout neuf, il n’existe pas de spécialiste patenté que l’on trouverait dans les pages jaunes, et ces petites entreprises sont-elles prêtes d’ailleurs à débourser des frais de consultants ?

Boulet pour les uns, le RGPD est en revanche un ballon d’oxygène pour les sociétés de service IT. Enfer pour les uns, paradis pour les autres. C’est donc positif pour les professionnels de l’informatique.

Il représente également l’opportunité pour les entreprises de mieux gérer la sécurité de leurs données.

Le seul problème est que les entrepreneurs se sentent abandonnés. Les auteurs du réglement et l’État n’ont pas pris en compte l’accompagnement et les explications nécessaires, pour être en phase avec … la réalité des entreprises.

 

 

Jean Kaminsky
Directeur de la publication et de la rédaction
jk@solutions-numeriques.com

Jean Kaminsky