Accueil Cloud : les Big 3, ces ogres qui dévorent les données de...

Cloud : les Big 3, ces ogres qui dévorent les données de la planète

Ce sont les « Big Three ». AWS, Microsoft-Azure et Google se partagent une part croissante de l’hébergement des données de l’économie mondiale. Certaines entreprises annoncent se diriger vers le « tout-Cloud », c’est-à-dire miser uniquement sur les serveurs de ces trois ogres d’outre-Atlantique. Affaire également de génération, le mouvement s’accélère aux commandes d’une nouvelle génération de fringants dirigeants IT, appliquant l’idéologie de la disruption, parallèlement au départ ou à la mise à la retraite des anciens, qui refusaient de renoncer à leurs salles informatiques.

Comment en est-on arrivé là ? Résumons le film.

Acte 1, rappelez-vous, les employés, en douce, ont stocké leurs fichiers sur Dropbox et embarqué les applications d’entreprise sur leurs smartphones. Hors du contrôle des DSI, cela représentait le phénomène du Shadow IT. Acte 2, les DSI, pour tenter de maîtriser l’IT, s’approprient le Cloud. Puisqu’on ne peut en interdire l’usage, généralisons-le ! La sauvegarde, puis la messagerie et souvent la bureautique associée (Gmail, Office 365) ont été « cloudifiées ». Les applications se sont consommées sous forme de service. Acte 3, le 100% Cloud devient l’objectif, comme dans le groupe Veolia, qui l’étend même aux postes de travail en imposant les Chromebooks, ces portables sous Chrome OS, sans logiciels installés.

Quant aux salles informatiques dans les entreprises, elles seront bientôt objets de collection, remplacées par des baies dans les grands datacenters.

Les chiffres confirment la tendance. Alors que Gartner ne table plus que sur une hausse de 1,1% pour le marché total de l’IT en 2019 *, il prévoit en revanche une croissance du cloud de 18%, et une « ruée vers l’or » des fournisseurs de services managés dans le Cloud dont le nombre triplerait d’ici 2020. Cette croissance étant tirée par les services dans le Cloud (+36%) et les logiciels as-a-service (+28%).**

La bataille paraît gagnée. La communication unifiée, la multiplication des objets connectés de toute nature, le recours à l’intelligence artificielle dans tous les domaines imposent le recours au Cloud, pratique, flexible et nécessitant peu d’investissements.

Je demandais récemment à un responsable de la cybersécurité d’un groupe très « cloudifié » si cela lui posait un problème. « Les couches de sécurité d’AWS et des autres sont importantes, et ces géants mondiaux ont plus de moyens que nous pour la cybersécurité » m’a-t-il répondu. Tant qu’à externaliser, autant accorder toute confiance…

Le Cloud méritait bien un numéro spécial de Solutions numériques, afin de tenter d’en faire le tour. Ce sera le Numéro 24, le chiffre qui boucle le tour de l’horloge.

Jean Kaminsky
Directeur de la publication et de la rédaction

jk@solutions-numeriques.com

 

*Gartner, 17 avril 2019

**Gartner, Juin 2018 – Hidden Cloud Growth Opportunities for Technology Service Providers

Jean Kaminsky