Accueil Expert De l’enseignement à distance de réparation à l’enseignement à distance de conquête

De l’enseignement à distance de réparation à l’enseignement à distance de conquête

Jean-Pierre Lehnisch, PDG du CNFDI, Docteur d’Etat en droit, Expert en Enseignement à Distance explique dans cette tribune comment l’on est passé d’une conception négative de l’enseignement à distance à une conception positive.
Pendant de nombreuses années, l’enseignement à distance apparaissait comme une méthode pour combler une lacune personnelle ou institutionnelle. Aujourd’hui, cette conception a laissé la place à une vision plus dynamique et plus conquérante de la formation à distance. Comment est-on passé d’une conception négative à une vision positive de l’enseignement à distance ?

1/ L’enseignement à distance de réparation

Bien qu’existant depuis 1850, l’enseignement à distance a pris son envol au moment de la Seconde Guerre Mondiale.
En effet, les structures éducatives étant dans l’impossibilité de fonctionner dans des conditions normales, les dites structures ont développé l’enseignement à distance pour éviter, durant plusieurs années, les ruptures scolaires. L’idée étant alors de créer une structure qui disparaitrait dès que la guerre serait terminée.
En réalité, le succès a été tel, que la formation à distance que l’on appelait « cours par correspondance », perdura.

La vocation était alors de compenser les faiblesses de l’Education Nationale qui continua même après la guerre. De surcroît, cette méthode s’adaptait à tous les blessés et malades qui ne pouvaient se déplacer pour se former.

C’était alors le concept de « l’enseignement à distance de réparation ». On poursuivait un enseignement à distance par défaut.

Avec les Trente Glorieuses qui suivirent la fin de la guerre, le concept négatif commençait à laisser la place à une vision plus dynamique qui démarra durant les années après la fin de la 2ème guerre mondiale.

2/ De 1974 à nos jours : vers un enseignement à distance de conquête

Avec l’avancée de la technologie, beaucoup de métiers disparaissent et d’autres secteurs professionnels naissent. On ne garde plus son métier la vie durant et on transmet moins son métier à ses enfants.

Alors comment faire pour suivre l’évolution professionnelle dans chaque secteur d’activité sans renoncer à son activité professionnelle ? Comment assumer matériellement la vie de sa famille tout en se préparant à des lendemains exigeants au plan professionnel ?

Là apparaît le génie de l’enseignement à distance ! Ce dernier s’est adapté à cette évolution qui est une véritable révolution au plan pédagogique.

Cette adaptation a pris plusieurs formes :

– une orientation professionnelle de son offre, y compris sur les secteurs up to date comme l’informatique et le numérique.

– une méthode pédagogique moderne avec une transmission du savoir qui dépasse très largement le « papier » (même si ce dernier n’a pas disparu…) pour proposer des transmissions pédagogiques numériques.

– un accompagnement psychologique de l’élève afin qu’il se sente encadré tout en préservant son autonomie recherchée et appréciée par les adultes.

– une possibilité de reconversion professionnelle à tout âge et quel que soit le secteur d’activité.
Ainsi, d’une conception négative de l’enseignement à distance (« je n’ai pas le choix »), ce dernier est entré dans le monde de la conquête (« je peux faire autrement, mais je choisis volontairement cette méthode de formation »). Tous les sociologues constatent cette évolution des « épanouis tardifs ». Sans retourner sur les bancs de l’école, sans remettre en cause son âge, la personne peut enfin s’épanouir en choisissant un métier qu’elle a toujours voulu embrasser…

L’enseignement à distance répond présent. Voilà sa force car il a pu et su passer de l’étape psychologique de réparation à celui de conquête. C’est une évolution que seule une institution solide peut assumer.