Accueil Archivage Archivage électronique : CDC Arkhinéo confirme et franchit un nouveau cap

Archivage électronique : CDC Arkhinéo confirme et franchit un nouveau cap

Le tiers archiveur de confiance CDC Arkhinéo vient de fêter ses 15 ans et sa milliardième archive. Retour avec Philippe Delahaye, Directeur Business Development, sur les développements à venir de l’entreprise.

C’est au mois de février dernier que CDC Arkhinéo a traité sa milliardième archive, sur un marché de la dématérialisation grandissant qui profite à la société : « On traite aujourd’hui entre 9 et 10 nouvelles archives par seconde », précise Philippe Delahaye, en comptabilisant celles apportées par les clients de l’entreprise (des startups aux grands comptes en passant par les FinTechs) et ses partenaires – via lesquels la société réalise 80 % de ses activités. Pour la fin 2018, CDC Arkhinéo table ainsi sur 2 milliards d’archives. Et ne compte pas s’arrêter là. Filiale à 100 % de la Caisse des Dépôts, ce tiers archiveur de confiance, pionnier de l’archivage électronique SaaS à valeur probante, et qui utilise ses propres technologies, se projette jusqu’en 2020, et mise sur 5 milliards d’archives via la conquête de l’Europe !

En route vers l’internationalisation

Car la société qui fournit déjà ses services auprès de clients du secteur financier dans différents pays de l’Union Européenne (Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Pologne, Portugal, Roumanie et UK) « va poursuivre son développement à l’international », grâce au renforcement de son réseau de partenaires-distributeurs. La société entend bien devenir un des leaders européens en matière d’archivage à valeur probante et de gestion des transactions numériques (DTM : Digital Transaction Management). La société prévoit d’ailleurs de faire des annonces dans le domaine en fin d’année… Cette expansion internationale passera-t-elle aussi par une croissance externe ?« On fait comme beaucoup de monde, on regarde, on discute, mais c’est trop tôt pour en parler, trop prématuré », indique Philippe Delahaye.

GRPD et Eidas en appui

Si une société originaire d’un pays membre de l’Union Européenne peut d’ores et déjà archiver ses données chez un prestataire français – CDC Arkhinéo fait de la réplication locale depuis plusieurs années -, le processus va se simplifier avec le nouveau règlement sur la protection des données personnelles (GRDP) qui sera effectif en mai 2018. « Une nouvelle plateforme, indépendante de notre plateforme française, avec archivage complet dans l’un des principaux pays d’Europe sera mise en place début 2017, précise Philippe Delahaye. La commercialisation, sous le nom de CDC Arkhinéo, sera faite par les mêmes partenaires qu’aujourd’hui, et d’autres à venir, avec lesquels nous sommes en discussion ». Le tiers archiveur cible plutôt les grands comptes dans les secteurs banque, finance, assurance, industrie, retail, énergie, Telco, etc.

Le Règlement européen eIDAS sur l’identification électronique et les services de confiance pour les transactions électroniques change également la donne, et « représente une formidable opportunité par le passage de 27 marchés ayant chacun sa législation à un marché unique couvrant 27 pays» avec la reconnaissance de la signature électronique dans les pays de l’Union, explique Philippe Delahaye. Si sa société était déjà sur des contrats transnationaux, via des partenaires qui fournissent de la signature électronique, ces contrats ne pourront qu’augmenter, grâce à une mise en œuvre simplifiée, la tombée des difficultés juridiques et un marché unique. Docusign, important partenaire de CDC Arkhinéo pour la signature électronique, nous expliquait d’ailleurs en juillet dernier par la voix de son dirigeant Pascal Colin qu’avec le boulevard ouvert par Eidas une centaine de grands comptes avaient « migré chez Docusign. »

Outre des communications à venir sur son internationalisation, CDC Arkhinéo devrait aussi faire des annonces fin septembre d’un point de point technologique et développement de solutions. A suivre… Sur solutions-numeriques.com bien entendu.