En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
Nominations
  • Audencia Group : Directeur des systèmes d'informations, des moyens généraux et de l'immobilier

    > En savoir plus
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 08/03/2016
    ROOMn 2016

    Pour sa 4ème édition ROOMn passe à la vitesse supérieure et donne rendez-vous aux décideurs…

    en détail En détail...
  • 07/03/2016
    Big Data Paris

    Le Congrès Big Data Paris vous invite, pour cette 5e année, à plonger dans l’univers…

    en détail En détail...
Appels d'offres en cours
ELO_ContentAd_ECMsurmesure_leaderboard

Oracle vs Google : Ellison enfonce le clou, Page esquive

mindjet_reussir_pave

Le procès qui oppose Oracle et Google pour violation de licence du langage Java a débuté. Larry Ellison CEO d'Oracle a été appelé comme témoin et a confirmé que pendant un temps, Oracle a réfléchi à la possibilité de créer une plate-forme mobile Java pour smartphone, et en a discuté avec Eric Schmidt, alors CEO de Google, en vue d'une éventuelle collaboration. Un témoignage qui veut donner du poids à la plainte déposée, et que Google voit de son côté comme une forme de dépit.

Larry Page, actuel CEO de Google a lui aussi été appelé à la barre. Les avocats d'Oracle l'ont cuisiné à propos de mails internes qui selon eux prouvent que Google a utilisé Java sans licence. Un de ces mails aurait été écrit par Tim Lindholm, qui travaille à Google de 2005 et qui est un ancien employé spécialiste de Java chez Sun Micro Systems. Ce mail était adressé à Andy Rubin, le responsable d'Android et était un mémo sur les alternatives possibles à Java. Le mail conclut que les alternatives sont nulles et que « nous devons négocier une licence pour Java« . L'acquisition de cette licence, toujours selon ce mail, était un préalable indispensable à l'ouverture du code d'Android.

Les réponses de Larry Page aux questions ne semblent être que des esquives.

Avocats : Vous savez que Google n'a jamais pris de licence de Sun, n'est-ce pas ?

Page : Je sais que nous avons travaillé dur pour négocier une licence business de Java.

Le juge : C'est une question à laquelle vous devez répondre par oui ou par non ?

Page : Je ne pense pas que nous l'avions eue, non.

Avocats : Pouvez-vous nommer une seule société qui utilise les API Java et qui n'a pas pris de licence chez Sun ou Oracle, hormis Google ?

Page : Je ne suis pas un expert. Je ne sais pas.

Et Page d'ajouter : « Nous n'avons rien fait de mal [...]  Nous faisons très attention avec les informations que nous utilisons et celles que nous n'utilisons pas« .

Questionné à propos de Tim Lindholm et de l'impossibilité d'être dans l'ignorance de son mail et surtout de sa conclusion, Page répond : « Je ne suis pas sûr de savoir de quel Tim il pourrait s’agir« .

Le procès doit durer deux mois et sera sans doute riche en rebondissements, mais pour l'instant, on ne peut pas dire que Google/Larry Page soient très convaincants.  

Auteur : Frédéric Mazué

Couverture mobile dans les bâtiments : la solution DAS

Espaces publics, Sièges sociaux… Comment garantir à vos visiteurs une connectivité indoor optimale ?

Lire le livre blanc

Sondage

Vos projets Démat et GED en 2016

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • Safe Harbor : le G29 attend des solutions pour le 31 janvier 2016

    Garance Mathias, avocat à la Cour, revient sur les conséquences de l’invalidité de Safe Harbor…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Objets connectés et sécurité : bientôt des hackers dans votre maison ?

    L’Internet des objets (IoT) est, depuis quelques années, un secteur en plein essor – une…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • 770 000 €, c'est l’impact financier d’une cyberattaque

    Pour les décideurs français, se remettre d’une cyberattaque coûterait 772 942 € en moyenne. L'expert en cybersécurité…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement
HubOne_CommunicationsUnifiees_skyscraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
  • Les solutions en mode Cloud mettent en avant la simplification de la production informatique pour…

    > Voir le livre
  • Le test de performance en mode agile c'est plus de tests, plus souvent et moins…

    > Voir le livre
ilex_banniere_global_sso_160x600
x
Newsletter Solutions numériques

Restez informé. L’abonnement à
la newsletter est gratuit.

Inscrivez-vous