En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 03/07/2017
    Cloud Week 2017

    La Cloud Week 2017 se déroule du 3 au 7 juillet 2017 dans différents lieux…

    en détail En détail...
  • 26/06/2017
    OW2con’17

    OW2 anime une communauté open source mondiale dédiée à l'essor de logiciels libres et un…

    en détail En détail...
Celge_leaderboard

Tribune libre – Emmanuel Macron : le Président 2.0 ?

qualiac_hautecouture_300x250

Une tribune de Frédéric Ichay, avocat associé Pinsent Masons.

Depuis le 14 mai 2017 la France a un nouveau président de la République, son nom : Emmanuel Macron. Le fondateur du parti En Marche ! lancé le 6 avril 2016 s’est illustré par une campagne et un programme très axés  » numérique « .

Les noms  » Emmanuel Macron  » et  » start-up  » ont été régulièrement associés, à tel point que le propriétaire de Challenges (journal d’économie et de finances), Claude Perdriel, compare le nouveau Président à une  » licorne « . Ce terme qui désigne une start-up non-cotée et valorisée au moins un milliard de dollars, donne le ton quant au nouveau représentant de la France.

Emmanuel Macron souhaite digitaliser le pays. Pour réussir ce pari, il propose notamment de couvrir tout le territoire en très haut débit et de digitaliser la totalité des démarches administratives. Au-delà de ces mesures générales, il veut également soutenir les start-up françaises afin que celles-ci soient à la hauteur de leurs concurrentes étrangères.

Ainsi, le nouveau Président veut créer un marché unique du numérique en Europe et mettre en place un fonds de capital-risque qui permettra de financer le développement des start-up européennes. De la même manière, en France, il souhaite créer un fonds pour l’industrie et l’innovation doté de 10 milliards d’euros, issus des actions d’entreprises détenues minoritairement par l’Etat, afin de financer l’industrie du futur.

Il affiche également la volonté d’encourager l’innovation, en adoptant un cadre fiscal qui favorisera l’investissement dans ce domaine. Celui-ci s’illustrerait par l’instauration d’un régime forfaitaire unique de 30 % – charges sociales incluses – sur l’ensemble des revenus tirés des capitaux mobiliers (dividendes, intérêts…) ainsi que par une adaptation de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), qui serait remplacé par un impôt sur le patrimoine immobilier. De ce fait, cela exempterait le patrimoine financier, composé entre autres des contrats d’épargnes et des diverses actions et obligations détenues, de l’assiette d’imposition de l’ISF.

Les mesures de simplification et d’incitation du nouveau Président devraient avoir un impact positif sur les investissements, notamment ceux venant de l’étranger, où les investisseurs ont actuellement une image négative de la fiscalité française. L’objectif sous-jacent est donc celui de rendre la fiscalité de notre pays plus business friendly, afin notamment de promouvoir le développement des pépites françaises.

L’abaissement de l’imposition des revenus de capitaux mobiliers diminuerait donc les coûts engendrés par les dividendes et autres intérêts. La sortie du patrimoine financier de l’assiette de l’ISF impliquerait quant à elle que la valeur des actions détenues ne pèsera plus sur la charge de cet impôt. Ainsi, les deux mesures cumulées allègeraient le coût des participations dans des sociétés françaises, et notamment s’agissant des start-up où le patrimoine du créateur est bien souvent constitué par sa participation dans sa société. Cela pourrait donc inciter des entrepreneurs ou investisseurs français à rester ou à revenir en France, des étrangers à vouloir créer leur start-up ou à investir dans des start-up françaises et ce sans risquer une imposition trop importante.

Un nouveau quinquennat est en marche.

Notez cet article

Laisser un commentaire

Web Real Time Communication, la nouvelle révolution ?

Le WebRTC signifie « Web Real Time Communication » est un nouveau standard ouvert. Il permet de transférer en temps réel la voix, la vidéo, et le partage d’application d’un navigateur à un autre pour communiquer directement sur internet.

Plus d’information

Sondage

Attaques cyber: les DSI prennent-elles trop de temps pour mettre en place les mises à jour Windows ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • WannaCrypt, les impacts juridiques de la cyberattaque

    Ransomware WannaCry : Garance Mathias, Avocat à la Cour, livre ici les premières interrogations sur le plan…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Vers un possible durcissement des sanctions de la CNIL ?

    Laurent Badiane, associé, et Charlotte de Dreuzy, avocate du département IP/IT du cabinet KGA Avocats reviennent…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • Quelle place donnent les marketeurs au mobile dans leur stratégie B2B ?

    Mieux tirer parti des atouts du mobile en marketing : quelles sont les stratégies "mobile…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement
elo_processus pointe_skyscraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
  • L’ e-paiement, à l’heure de l’expérience client

    > Voir le livre
  • Un regard neuf sur la gestion des coûts de stockage des données archivées

    > Voir le livre
elo_processus pointe_skyscraper